Des patrons appellent l'Etat à un "choc de compétitivité"

le
9
Des patrons appellent l'Etat à un "choc de compétitivité"
Des patrons appellent l'Etat à un "choc de compétitivité"

PARIS (Reuters) - Plusieurs grands patrons français invitent le nouveau gouvernement de gauche à réduire le coût du travail afin de provoquer un "choc de compétitivité" permettant de rebâtir l'industrie française en déclin.

Dans un "Point de vue" publié mardi dans le quotidien Les Echos, ils mettent en garde le gouvernement de Jean-Marc Ayrault contre les effets d'une politique de relance qui ne s'attaquerait pas aux faiblesses structurelles de l'économie française.

Ces grands patrons, parmi lesquels figurent notamment Philippe Varin, le président de PSA Peugeot-Citroën et Pierre-André de Chalendar, le PDG de Saint-Gobain, plaident ainsi pour une réforme du marché de l'emploi et un allègement des cotisations patronales, afin de favoriser une montée en gamme des produits des entreprises françaises.

Cette recommandation intervient alors que l'une des premières décisions du gouvernement a été d'augmenter légèrement les cotisations sociales pour financer le départ à la retraite dès 60 ans de certains salariés.

Ces industriels souhaitent à moyen terme une flexibilité accrue du travail, à travers des "accords de performance" et une formation professionnelle adaptée à la demande des entreprises. Sur le temps long, ils réclament le maintient du crédit impôt recherche, et du soutien à l'innovation en général, ainsi que l'investissement dans des sources d'énergies peu coûteuses et faiblement polluantes, notamment dans le nucléaire.

Les signataires font également de l'établissement d'une "culture industrielle" un "pilier" de la compétitivité future de la France. Ils espèrent qu'elle pourra jouer un rôle leader à l'échelle européenne pour mettre en oeuvre la politique de compétitivité qu'ils défendent.

Même s'il se présente comme un conseil éclairé au gouvernement, cet ensemble de propositions n'est pas totalement opposé à des thématiques actuellement développées par l'Etat, qui souhaite relancer la production industrielle.

S'exprimant devant le Conseil économique et social, le président François Hollande déclarait le 12 juin : "Réforme fiscale. Là encore, c'est une de nos priorités, non pas tant pour rechercher de nouvelles ressources, mais pour faire que ces ressources soient prélevées sans qu'il y ait de conséquences sur l'appareil productif".

Christel Bories (ex-PDG de Constellium), Pierre Gadonneix (ex-président d'EDF), Jean-Yves Naouri (président exécutif de Publicis Worldwide), Benoît Potier (PDG d'Air Liquide), Denis Ranque (ex-PDG de Thales) sont également associés à cet appel.

François Charlottin, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dmorvan4 le mardi 19 juin 2012 à 18:03

    Une fois encore, les PME et TPE familiale ne pourront pas s'exprimer, c'est désolant. Les Entreprises du CAC 40 ne vont pas nous faire pleurer, elles bénéficient du Crédit impot recherche et ne paie pas les impots sur les bénéfices au taux normal (33.33%). Les Allemands ont tout compris, leur force industrielle est composée essentiellement d'entreprises familiales de 100 à 500 personnes, et n'ont pas bradé leur savoir faire aux asiatiques pour "remporter un marché"

  • jfvl le mardi 19 juin 2012 à 17:51

    Et encore les très grandes entreprises ne sont pas les plus à plaindre car elles réalisent une part importante de leur CA dans d'autres pays et elles peuvent facilement transférer leurs avoirs et leurs unités de production dans des lieux plus acceuillants. Mais les autres qui ont une marge à peine suffisante pour survivre et trop faible pour investir ...

  • Georg47 le mardi 19 juin 2012 à 17:37

    et il peut aussi offrir à Cameron ses locaux de Londres....

  • M638341 le mardi 19 juin 2012 à 17:27

    Allez un petit billet pour la SNCF!! ça c'est de la bonne entreprise...

  • bigot8 le mardi 19 juin 2012 à 17:27

    je pense que guimauve le conquérent et ses copains PS PC FDG devraient faire don de leur 3 eme résidence secondaire (pas utile) à l Etat pour montrer l exemple ...hollande ta barraque a mougins dans le pot mon vieux !!!

  • M4679757 le mardi 19 juin 2012 à 17:17

    Le gouvernement socialiste n'écoutera pas, nous sommes passés de la dictature de M.Sarkosy à la dictature d'un parti.

  • abacchia le mardi 19 juin 2012 à 17:16

    Alors il ne fallait pas supprimer "bêtement" (avant d'en avoir fait le tour), la TVA compétitive !! +2 ou +3% sur des produits à moins de 10€ ne grèveraient pas tant que ça le pouvoir d'achat des "pauvres" dans notre pays. Quant à celui qui a les moyens d'acheter à coup de 10.000€, c'était bien lui qui finançait ! Tss tss tss ! Où va se nicher l'idéologie, qui consiste à éradiquer tout ce qu'un gouvernement précédent a fait ?!!?

  • dratiser le mardi 19 juin 2012 à 17:13

    depuis le temps qu'on les exonere de ceci ou de cela et qu'il s'en servent pour upper la competitivite (virer les vieux pour des jeunes moins payes) ou delocaliserqu'on supprime toutes les aides aux grands groupes pour lesreorienter vers les PME ou TPME ça coute pas un radis

  • laquitta le mardi 19 juin 2012 à 17:12

    Au PS ne savent meme pas ce qu'est une entreprise. Ils ne connaissent que les associations, ou les ministères !