Des parlementaires révèlent le potentiel du bitcoin

le
3

La Commission des finances du Sénat estime que «les multiples opportunités» que présente la monnaie virtuelle méritent d'être exploitées, malgré les polémiques.

«Ce n'est pas parce qu'une innovation peut mettre au défi certaines de nos conceptions traditionnelles qu'il faut la rejeter en bloc», lance Philippe Mariani, le président de la Commission des finances du Sénat, en plein débat sur le bitcoin fin juillet. D'après le compte rendu des discussions, les sénateurs tiennent un discours optimiste sur l'avenir du bitcoin en France, à contre-courant de celui tenu par l'Autorité des marchés financiers ou la Banque de France. La commission passe notamment en revue les avantages de cette monnaie virtuelle très critiquée. Trois éléments positifs se dégagent selon eux:

o Un système de transaction très sécurisé

Le caractère décentralisé du système des bitcoins permet d'assurer une très grande sécurité des transactions: «celles-ci sont non seulement cryptées mais aussi validées non par un ordinateur central mais à la suite d'une sorte de tirage au sort des ordinateurs appelés à valider le paiement. Ainsi, il n'y a pas de stockage en un seul lieu ou dans un seul outil informatique des éléments d'information qui pourraient permettre à une personne de pirater le système», affirme François Marc, le rapporteur général de la commission, qui met en avant «la très prometteuse dimension technique du système».

«La validation décentralisée est une amélioration du principe de la cryptographie: aucun tiers de confiance ne se retrouve jamais en possession de l'information complète, mais celle-ci est néanmoins parfaitement vérifiée», souligne Philippe Mariani, le président de la commission.

o Un usage élargi

Toujours selon Philippe Mariani, le système du bitcoin se base sur un «protocole totalement décentralisé, auditable par tous et très sécurisé». Ce dernier imagine déjà la possibilité de l'utiliser pour sécuriser et valider «des mots de passe, des titres d'identités, des diplômes et autres certificats, ou même des votes électroniques! Dans un monde proche, personne ne pourrait plus frauder sur les diplômes qu'il a obtenus, et ce serait un progrès», lance-t-il.

o Des transactions presque gratuites

«Si le bitcoin connaît un tel succès, c'est qu'il présente des avantages tangibles. Lesquels? Tout d'abord, les frais de transaction: ils sont réputés quasi-nuls. Une récente étude de Goldman Sachs les estime à 1%, contre 2,5% pour un virement par carte bancaire», écrivent les parlementaires.

Enthousiastes, les parlementaires évoquent une innovation «complexe mais, de l'avis des spécialistes, remarquable et très sécurisée». Selon eux, l'anxiété qu'elle suscite est comparable à celle déclenchée par l'apparition de la carte bancaire à la fin des années 60... Pour le bitcoin, il est aujourd'hui nécessaire de «poursuivre la réflexion plutôt que de se cacher comme si on avait peur de la suite», explique la première vice-présidente de la commission, Michèle André.

Certes, estiment-ils, cette monnaie comporte «des risques notoires» qui «ne peuvent que conduire les pouvoirs publics et à émettre un certain nombre d'avertissements»: extrême volatilité («un bitcoin valait moins d'un dollar jusqu'en 2011, presque 1200 dollars à l'automne 2013, et environ 650 dollars aujourd'hui»), système spéculatif («puisque le rythme de création des bitcoins suit une courbe décroissante»), aucune garantie de convertibilité en monnaie réelle, risque de stockage en raison de la «fragilité de ces coffres forts virtuels», anonymat des transactions qui fait du bitcoin «une aubaine pour la cybercriminalité ou le blanchiment»...

Mais selon les parlementaires, c'est au pouvoirs publics de «mener dans la durée un véritable travail de veille et de réflexion sur les monnaies virtuelles, continuer à informer les utilisateurs sur les risques mais aussi les droits associés, et travailler à l'élaboration d'une régulation adaptée. Il importe surtout de mener ce travail à l'échelle européenne, sans laquelle nulle mesure efficace n'est concevable».

Comment utiliser ses bitcoins?

Café, bière, champagne, sandwich, pizza, cigarettes électroniques, ordinateurs ou tablette...la liste de produits payables en bitcoins s'est considérablement élargie ces dernières années. Listés sur des sites comme bitcoin.fr, de nombreux commerces, en ligne ou en boutique, acceptent cette monnaie virtuelle. Côté commerce, l'enseigne Monoprix serait prête à accepter les paiements en bitcoins d'ici la fin de l'année.

Plus surprenant, de nombreuses agences immobilières se lancent dans l'aventure. A Paris, Lodgis, spécialisée dans la location meublée, permet à ses locataires de payer leur loyer par bitcoins, directement sur son site web. Avant elle à Chicago, Rentalutations proposait le même service. Payer son loyer en bitcoins est également possible à Berlin.

Aux États-Unis, la commission électorale a récemment accepté que des dons dans cette monnaie virtuelle puissent servir à financer la campagne électorale d'un candidat.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sidelcr le lundi 4 aout 2014 à 19:05

    Pas de Frais de change ?

  • c.debarg le lundi 4 aout 2014 à 14:00

    maintenant que cette monnaie virtuelle est taxée on lui trouve toutes les qualitésle cinéma continue

  • heimdal le lundi 4 aout 2014 à 13:19

    Le particulier lambda n'a aucun intérêt à utiliser cette monnaie puisque les frais bancaires s'adressent au seul commerçant ,donc à moins d'obtenir une réduction autant continuer à payer en CB .Le rapport omet de préciser l'essentiel ,comme toujours .