Des paquebots de 135 mètres autorisés à Paris pour faciliter une commande à STX

le
0
Les touristes en paquebots de croisière fluviale pourraient être amarrés à deux pas de la tour Eiffel jean schweitzer/shutterstock.com
Les touristes en paquebots de croisière fluviale pourraient être amarrés à deux pas de la tour Eiffel jean schweitzer/shutterstock.com

(AFP) - Des paquebots de croisière de 135 mètres vont être autorisés à naviguer sur la Seine jusqu'à Paris, a annoncé mercredi le ministère des Transports, afin de faciliter une commande potentielle de cinq navires pour les chantiers navals STX de Saint-Nazaire par l'armateur Viking River Cruises.

L'armateur norvégien voudrait ainsi amener vers 2015 des touristes en paquebots de croisière fluviale du Havre jusqu'à la capitale et s'amarrer, après un demi-tour, vers le pont de Grenelle, à deux pas de la tour Eiffel.

Le ministre des Transports Frédéric Cuvillier, sollicité par l'armateur, STX France et Neopolia, un réseau de sous-traitants du chantier naval de Saint-Nazaire, a porté le dossier pour faciliter cette commande clef en cours de négociation pour cinq paquebots, trois destinés à la Seine, un pour la Garonne et un pour le Rhône.

"Cette commande potentielle, qui était bloquée par des freins réglementaires, si elle est confirmée, apportera de l'emploi pour plus de 250 personnes pendant 3 ans", a souligné le ministre dans un communiqué.

"Par ailleurs, ce projet va accroître l'attractivité de l'axe Seine, du Havre jusqu'à Paris, pour le tourisme fluvial. C'est une avancée concrète pour le développement industriel et économique", a-t-il relevé.

Pour permettre la navigation de navires de cette taille, la réglementation qui limite aujourd'hui dans cette zone la circulation aux navires de 125 mètres et le stationnement à ceux de 110 mètres, sera modifiée pour permettre le passage et l'amarrage de navires jusqu'à 135 mètres.

Ces modifications s'inscriront dans la modification du règlement particulier de police de la navigation intérieure de Paris, qui devrait être effective en 2014.

Après des discussions avec Ports de Paris et Voies Navigables de France, l'armateur devra de son côté s'engager à équiper ses navires de radars et de systèmes de caméras, pour assurer la sécurité lors de la délicate manoeuvre de demi-tour qui devra être effectuée par des pilotes expérimentés.

L'armateur doit également financer le déplacement de pontons en aval du pont de Grenelle pour cette manoeuvre.

Il reste encore à préciser les conditions de navigation en cas de crue de la Seine, selon le ministère des Transports.

lgo/cb/bg

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant