Des « papillons mutants » aux abords de la centrale de Fukushima

le
0
Une quantité non négligeable de papillons bleus a développé des anomalies, notamment une malformation des yeux et des ailes plus petites, après l'accident de Fukushima
Une quantité non négligeable de papillons bleus a développé des anomalies, notamment une malformation des yeux et des ailes plus petites, après l'accident de Fukushima
Un quart de siècle après l'accident de Tchernobyl (Ukraine), c'est au tour du Japon de découvrir les conséquences « orwelliennes » d'un désastre atomique.

Une biodiversité digne d'un film de science-fiction est-elle en train d'émerger autour de la centrale de Fukushima-Daiichi (Japon) ? Si nous n'en sommes pas au stade des moutons à cinq pattes et des poissons à trois yeux, si aucun effet comparable n'a jusqu'ici été constaté sur l'Homme (ce qui pourrait cependant arriver, considérant le nombre effrayant de malformations enregistrées après la catastrophe de Tchernobyl), des chercheurs ont tout de même observé un nombre important de spécimens de « papillons mutants », rendant l'interrogation légitime. Répandus au Japon, ces petits papillons bleus, Zizeeria maha de leur nom scientifique, ont développé des anomalies, en particulier une malformation des yeux et des ailes plus petites.

Les résultats de leurs travaux ont été dévoilés la semaine dernière, mais lesdits spécialistes ont en fait recueilli ces individus malades peu après l'accident de Fukushima. À compter de mai 2011, ces derniers ont ensuite été élevés en laboratoire à des fins de reproduction.

« 18% de la génération suivante ont développé des problèmes similaires », a indiqué Joji Otaki, professeur à l'université Ryukyu d'Okinawa, cité par nos confrères du Figaro. Un pourcentage déjà inquiétant et qui doit être associé aux 34 % de papillons de tro
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant