Des os humains jetés comme des déchets dans une carrière

le
0
Un joggeur a découvert des restes de squelettes dans une carrière à Eymet. Un entrepreneur des pompes funèbres de Bergerac va comparaître pour «violations de sépultures par manquement à la dignité due aux morts».

Quelle ne fut pas la surprise d'un joggeur en découvrant en mai dernier dans une carrière d'Eymet en Dordogne des restes humains - notamment un fémur, des morceaux de crânes, des dents -, mais aussi des vêtements et les restes d'un cercueil. En donnant l'alerte, ce sportif est à l'origine d'une procédure au terme de laquelle un entrepreneur des pompes funèbres de Bergerac comparaîtra le 10 juillet prochain pour «violations de sépultures par manquement à la dignité due aux morts».

Travaillant pour la ville et chargé de vider les tombes arrivant en fin de concession, ce dernier n'aurait pas fait le tri exigé. Sans plus de précaution, il aurait déversé la terre dans la carrière avec le contenu des caveaux. Entendu lors de l'enquête par les gendarmes, un des employés a expliqué: «Lorsque nous faisons un caveau, on ne fait pas dans la dentelle. (...) Nous n'avions pas de consignes de tri.»

Or, selon les règles en vigueur, «les restes humains doivent rejoindre le

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant