Des nouvelles stratégies contre la paralysie faciale

le
0
Cette affection neurologique touche 15.000 personnes par an en France.

Avec 15.000 cas recensés chaque année en France, la paralysie a frigore, ou paralysie de Bell, représente 80% des paralysies faciales, loin devant celles d'origine traumatique, post-chirurgicale ou tumorale.

«D'installation brutale, unilatérale, cette atteinte du nerf facial qui peut, au début, se limiter à une sensation d'engourdissement, s'aggrave rapidement, pour aboutir, en deux ou trois jours, à un déficit variable (impossibilité de fermer l'½il, difficultés d'élocution, salive qui coule...) pouvant aller jusqu'à la paralysie complète de l'hémiface. La vitesse de cette dégradation conditionne largement la gravité du déficit», explique le Pr Frédéric Tankéré, du service d'ORL et de chirurgie cervico-faciale du CHU de la Pitié-Salpêtrière, à Paris.

La brutalité des symptômes fait souvent craindre une autre origine. Le diagnostic de paralysie a frigore reste donc un diagnostic d'exclusion des autres causes possibles, même s'il existe un signe ty

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant