Des nostalgiques repassent leur certificat d'études comme en 1893

le
0
La maison-école du Grand Meaulnes fait revivre l'ancien examen du primaire le temps d'une journée placée sous le signe du XIXe siècle.

«Un de vos camarades prétend que les gendarmes, le garde champêtre, mènent une vie oisive. Énumérez les services que rendent ces braves gens à la commune, au canton et à la France.» Inscrit au tableau noir à une date figée au mardi 13 mars 1893, cet énoncé du certificat d'études primaires élémentaires (CEPE, disparu en 1989) attend l'½il rond des candidats qui, cet après-midi, vont prendre plumes, buvards et encre violette pour passer l'épreuve dans une ambiance rurale du XIXe siècle.

À Épineuil-le-Fleuriel, bourgade du Cher de quelque 460 âmes, 45 candidats de 9 à 85 ans sont venus de la France entière repasser leur «certif'» dans l'école du village où Henri Alain-Fournier, auteur du célèbre Grand Meaulnes, a usé ses fonds de culotte.

Pupitres anciens à cinq places, encriers de porcelaine, lampes à pétrole, poêle à bois, crayons d'ardoise, cartes géographiques anciennes, baguette de reproches... Rien ne manque à cette reconstitution de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant