Des morts dans l'est de l'Ukraine, l'accord de Genève menacé

le
7
ATTAQUE MEUTRIÈRE D?UN CHECKPOINT TENU PAR LES PRO-RUSSES DANS L'EST DE L'UKRAINE
ATTAQUE MEUTRIÈRE D?UN CHECKPOINT TENU PAR LES PRO-RUSSES DANS L'EST DE L'UKRAINE

par Aleksandar Vasovic

SLAVIANSK Ukraine (Reuters) - Trois personnes ont été tuées dimanche lors d'échanges de tirs près de Slaviansk, une ville de l'est de l'Ukraine contrôlée par des séparatistes pro-russes, des morts qui fragilisent un peu plus l'accord international conclu jeudi à Genève et censé éviter une escalade du conflit.

Les gouvernements russe et ukrainien ont chacun mis en doute la volonté de l'autre de respecter et d'appliquer cet accord élaboré avec les Etats-Unis et l'Union européenne.

Les séparatistes disent avoir été attaqués par des hommes armés issus de Secteur Droit, un groupe nationaliste d'extrême droite. Ce dernier a démenti tout implication, rejetant la responsabilité de l'attaque sur les forces spéciales russes.

Le texte signé à Genève jeudi prévoit la dispersion des groupes armés illégaux, mais les activistes pro-russes n'ont pour l'instant guère apporté la preuve de leur volonté de s'y plier.

Un média ukrainien a rapporté qu'ils avaient évacué la mairie d'Ienakievo, ville natale de l'ancien président pro-russe Viktor Ianoukovitch près de Donetsk, mais un journaliste de Reuters a par la suite constaté que le drapeau de la république autoproclamée de Donetsk continuait de flotter au-dessus du bâtiment.

Un militant pro-russe sur place a dit que l'occupation se poursuivait.

Kiev a nourri l'espoir d'une détente en annonçant une trêve à l'occasion de Pâques et des médiateurs internationaux mandatés par l'OSCE, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, étaient partis samedi pour l'est du pays dans le but de persuader les dirigeants pro-russes de déposer les armes.

"PROVOCATION", DIT MOSCOU

Mais les échanges de tirs près de Slaviansk risquent fort de durcir les positions dans le camp séparatiste.

"La trêve pascale a été violée", a déclaré le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué, parlant de "provocation" et reprochant à Kiev de ne pas vouloir réellement "réfréner et désarmer les nationalistes et les extrémistes".

Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a répliqué en reprochant à Moscou d'avoir réagi sans même disposer d'informations à l'appui de ses accusations.

"Il est nécessaire de rappeler la partie russe à ses obligations dans le cadre de l'accord de Genève, à savoir user de toute l'influence nécessaire pour amener les séparatistes à évacuer les bâtiments, à débloquer les routes, à déposer les armes et à empêcher toute effusion de sang", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le maire auto-proclamé de Slaviansk a décrété un couvre-feu dans la ville et en a appelé directement au président russe, Vladimir Poutine, lui demandant d'envoyer sur place des troupes de maintien de la paix.

Artem Skoropadski, porte-parole de Secteur Droit, a quant à lui qualifié l'attaque de dimanche de "provocation blasphématoire de la Russie, blasphématoire parce qu'elle a eu lieu pendant une nuit sacrée pour les chrétiens, la nuit de Pâques".

"Elle a été manifestement perpétrée par les forces spéciales russes", a-t-il ajouté.

L'OSCE TENTE UNE MÉDIATION

Des membres d'une milice séparatiste ont déclaré à Reuters que quatre véhicules s'étaient approchés de leur barrage vers 02h00 du matin (23h00 GMT) avant d'ouvrir le feu.

"Nous avons eu trois morts et quatre blessés", a dit à Reuters l'un des combattants séparatistes, prénommé Vladimir, sur le "checkpoint" près duquel se trouvaient les carcasses carbonisées de deux jeeps.

"Un de nos hommes s'est approché d'eux. Ils lui ont tiré dans la tête et il est tombé sur le coup. Il y avait aussi des tirs de sniper", a poursuivi Vladimir.

Il a ajouté que les séparatistes avaient riposté et tué deux des assaillants, qu'il a présentés comme des membres de Secteur Droit.

A Kiev, la police a déclaré que trois personnes avaient été tuées et trois autres blessées.

Sur les lieux de l'attaque, à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de Slaviansk, une équipe de Reuters TV a vu deux cadavres, dont l'un présente des impacts de balles au visage.

Un médiateur de l'OSCE, le diplomate britannique Mark Etherington, se trouvait dimanche à Donetsk, la plus grande ville de l'est de l'Ukraine, à une centaine de km au sud de Slaviansk, où il doit tenter de négocier la reddition des séparatistes pro-russes, qui occupent des bâtiments publics depuis deux semaines et réclament un référendum d'autodétermination.

S'exprimant en russe sur une chaîne de télévision essentiellement destinée à la population russophone de l'est du pays, le chef de l'Etat par intérim, Olexander Tourtchinov a répété dimanche qu'une plus grande autonomie pourrait être accordée aux régions orientales d'ici quelques mois.

Il s'est dit prêt à écouter les chefs de la contestation et à nommer immédiatement des gouverneurs régionaux de leur choix.

(avec Richard Balmforth et Nataiia Zinets à Kiev, Dmitry Madorsky à Slaviansk, Christian Lowe à Moscou, Henri-Pierre André, Marc Angrand et Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dupon666 le lundi 21 avr 2014 à 00:26

    Chacun peut y voir le false flag de son choix...

  • Berg690 le dimanche 20 avr 2014 à 20:17

    M863 problème est là, est-ce que tu comprends bien!

  • M8637171 le dimanche 20 avr 2014 à 19:03

    Donc si je comprends bien il y a d'un coté des gens qui ont pris le pouvoir pacifiquement sans aucune arme. L'armée et la police se sont retirées. De l'autre pour l'instant des groupuscules fortement armés qui revendiquent la séparation. En fait quelques personnes fortement armées veulent reprendre le pouvoir par la force pensant qu'il n'y aura pas d'opposition. leur victoire n'est pas assurée m^me avec l'appui de la Russie.

  • birmon le dimanche 20 avr 2014 à 11:27

    Pas de commentaire fumeux de ma part. Une remarque : les agresseurs étaient des partisans du gouvernement autoproclamé de Kiev. un constat d'évidence : les russophones ne rendront pas les armes sans garantie sur l'organisation d'un referendum démocratique et sur leur sécurité dans la période transitoire.

  • Julie.G le dimanche 20 avr 2014 à 10:29

    La bise est préférée a Rome mais moi j'aime pas les propos incomparablement sortis de la logique de paix.

  • Julie.G le dimanche 20 avr 2014 à 10:27

    Ils ont préféré la Russie et les autres nos rêves mais tout est su que rien ne leur sera rendu. Les privilégiés ont envie de voir leurs rues avec des affiches américaines mais les autres des heures de vies sans fin d'emprunts. La terre a un regard sur nos mer et la route des oligarque est en perte en Syrie. C'est qui le meilleur Poutin ou Obama quand on dit ça?

  • Julie.G le dimanche 20 avr 2014 à 10:22

    La mort est certaine mais le prix du départ est connu alors ils meurent mais la vie ne les intéressait plus quand ils sont ceux qui ont tout perdu...