Des ministères très généreux avec leur personnel

le
0
Les agents devaient récupérer 50% des économies du «un sur deux» sous forme de salaire. À l'Écologie, au Travail ou à l'Intérieur, le «taux de retour» varie en réalité de 113 % à 128%.

C'est l'axe de la politique de Nicolas Sarkozy: des fonctionnaires moins nombreux mais mieux payés. En principe, les agents de l'État se voient octroyer en hausses de salaire la moitié des économies générées par le non-remplacement d'un départ à la retraite sur deux dans leur propre ministère. Problème: une fois de plus, cette règle n'a pas été respectée en 2010.

Selon le rapporteur UMP du budget à l'Assemblée, Gilles Carrez, ce sont en réalité les deux tiers (67,3%) des économies qui ont été dépensées en mesures catégorielles. Précisément, les 31.013 suppressions de postes de 2010 ont fait épargner 808 millions à l'État. Mais 544 millions sont repartis en hausse de rémunérations.

Les résultats varient d'un ministère à l'autre. Le taux de retour aux agents de l'État est faible aux Affaires étrangères (42%), à l'Agri­culture (41%), à l'Éducation (37%) et conforme à la Défense (54%). En revanche, il dépasse la cible au Budget, à l'Économie

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant