Des milliers de Yéménites défilent contre les rebelles houthis

le
0

(Blessés à Hodeida, attentat à Sanaa, discussions politiques) par Mohammed Ghobari et Yara Bayoumy SANAA, 24 janvier (Reuters) - Des milliers de Yéménites sont descendus dans les rues de plusieurs villes du pays, samedi, pour marquer leur opposition aux rebelles chiites houthis au surlendemain de la démission du président Abd-Rabbou Mansour Hadi. Selon des témoins, 10.000 personnes environ ont marché de l'université de Sanaa, la capitale, vers la résidence d'Abd-Rabbou Mansour Hadi, en reprenant des slogans hostiles au groupe chiite, mais également à Al Qaïda. "Vive le peuple yéménite! Non aux Houthis et à Affach!", a scandé la foule, en recourant à un sobriquet de l'ex-président Ali Abdallah Saleh, renversé en 2011 lors d'un soulèvement. Le Conseil de sécurité des Nations unies a déclaré que Saleh avait aidé les Houthis à prendre le contrôle de Sanaa en septembre dernier. Abd-Rabbou Mansour Hadi, qui a démissionné jeudi, a imputé aux insurgés houthis l'échec de sa politique destinée à stabiliser le pays, à majorité sunnite, après des années de turbulences, de violences tribales et d'aggravation de la pauvreté. Considérés comme des alliés de l'Iran, les miliciens houthis semblent être devenus la principale force armée du pays où est implanté l'une des branches les plus puissantes du réseau - essentiellement sunnite - Al Qaïda. "Nous sommes venus aujourd'hui pour rejeter le coup d'Etat et condamner la prise de contrôle de la capitale par les miliciens houthis", a expliqué un étudiant, Maimouna, tenant une pancarte dénonçant un projet visant à intégrer les combattants houthis à l'armée. Toujours à Sanaa, deux agents des services de renseignement ont été tués samedi par des hommes armés circulant à moto, a-t-on appris auprès de la police. DISCUSSIONS POLITIQUES Des manifestations ont eu lieu dans d'autres régions du pays, comme Taez, Hodeida, al Baïda et Ibb, ont rapporté des habitants. A Hodeida, des miliciens houthis ont ouvert le feu sur des manifestants, faisant quatre blessés. Vendredi, des milliers de partisans des houthis s'étaient rassemblés dans Sanaa sous des banderoles proclamant "Mort à l'Amérique, mort à Israël!" Faute de gouvernement central en place à Sanaa, les autorités de certaines régions du pays ont annoncé qu'elles ne prendraient plus leurs ordres à la capitale, ce qui pourrait augurer d'une partition du pays. De telles proclamations ont émané des provinces qui formaient l'ancien Yémen du Sud, où un mouvement sécessionniste exige l'indépendance, ainsi que de la province pétrolière de Marib, à l'est de la capitale. Le parlement yéménite doit se réunir dimanche pour évoquer la démission d'Abd-Rabbou Mansour Hadi. La Constitution prévoit que l'intérim soit assuré par le président du Parlement dans l'attente de l'organisation de nouvelles élections. Des représentants de l'aile politique du mouvement houthi, Ansaroullah, ont rencontré samedi des membres de plusieurs partis sunnites et sont parvenus à un accord sur la relance du processus politique, a-t-on appris de source proche des discussions. Ils demandent aussi au président Hadi de revenir sur sa démission. (Nicolas Delame, Eric Faye et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant