Des milliers de patrons manifestent pour «décadenasser» l'économie française

le
30
Des milliers de patrons manifestent pour «décadenasser» l'économie française
Des milliers de patrons manifestent pour «décadenasser» l'économie française

Quand les chefs d'entreprises font grève. Entre 4.000 et 8.000 chefs d'entreprises, selon des chiffres des organisateurs et de la police, ont manifesté lundi dans les rues de Paris, Toulouse mais aussi Marseille, à l'appel de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CGPME). Du bâtiment aux artisans, en passant par les buralistes, plus de 50 fédérations professionnelles étaient dans la rue. Un mouvement que soutiennent seulement 42 % des Français, selon un sondage. 

Cette manifestation symbolique est destinée à ouvrir une semaine de mobilisation des chefs d'entreprises contre 30 années d'une politique qui a, selon eux, bridé» l'économie. Le Medef, qui n'a pas appelé à manifester, a prévu cette semaine des réunions de militants et une campagne sur les réseaux sociaux. De son côté, l'UPA (Union professionnelle artisanale) va publier une lettre ouverte à François Hollande.

QUESTION DU JOUR. Comprenez vous la grogne des patrons ?

VIDEO. Les patrons en colère manifestent à Paris

A Paris, 6.000 patrons selon la CGPME, 2200 selon la police, ont défilé dans le XIIè arrondissement jusqu'aux grilles du ministère de l'Economie à Bercy. Sifflets, pétards et mégaphones : les patrons étaient pourvus d'un attirail de manifestants aguerris pour leur premier cortège dans la capitale depuis quinze ans.

«Messieurs les élus, venez une semaine chez un artisan et vous comprendrez que la sueur ce n'est pas juste quand la clim' est en panne», pouvait-on lire sur une banderole. «PME cadenassées, libérez nos entreprises !», scandaient les hauts-parleurs, alors que le cortège était symboliquement ouvert par un char surmonté d'une grille, les trois grandes confédérations patronales (CGPME, Medef et UPA) ayant appelé à une semaine de mobilisation pour «décadenasser» l'économie française.

Juché sur le char de tête, le président de la CGPME, Jean-François Roubaud, a demandé «la suspension ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7163258 le mardi 2 déc 2014 à 10:55

    isacarno les clichés ont la vie dure! C'est comme les salariés tire au flanc, surtout les fonctionnaires, de cette manière nous laisserons un avenir de m..de à nos enfants...

  • isacarno le mardi 2 déc 2014 à 10:38

    travail déguisé fraude à l'urssaf chantage à l'embauche et GROS 4-4 allemands les pleureuses

  • boyaciya le lundi 1 déc 2014 à 14:36

    Il faut faire une grève de l'embauche pendent un mois juste pour voir

  • M8252219 le lundi 1 déc 2014 à 14:20

    olive84 sans compter les emplois perdus dans ces 65000 entreprises fermées.

  • M8252219 le lundi 1 déc 2014 à 14:17

    olive84 rond de cuir planqué dans une administration ou vivant sans travailler d'allocation diverses payées par les charges sociales prises sur les salariés et les entreprises.Tu devrait lire les rubriques des dépôts de bilans et des liquidation d'entreprises 65 000 depuis le début de l'année.Toi évidemment tu ne risques rien!!!!

  • knbskin le lundi 1 déc 2014 à 14:13

    Vous vivez de quoi, gesus et olive84 ? Vous créez des richesses, des brevets, des emplois ? Vous exportez en Chine ? Vous investissez dans des entreprises ? des PMI high tech ? Ou bien vous attendez que le contribuable et la dette vous versent votre soupe mensuelle ? Dans le second cas, et si c'est depuis toujours, c'est normal que vous ne compreniez pas ... comme tous les membres du gouvernement ! :D

  • M8252219 le lundi 1 déc 2014 à 14:12

    Il faut mettre en route la TVA sociale tous les français plus"d'autres"bénéficient du régime social en place par des allocations des indemnités des aides de toutes sortes!TOUS DOIVENT PARTICIPER À SON FINANCEMENT.Ce n'est pas équitable que les salariés et les entreprises soient les seuls à financer notre régime social.Les salaires nets seraient réévalués,actuellement 60% de charges pèsent sur chaque salaire,le pouvoir d'achat relancerait la consommation et l'emploi.

  • roulio86 le lundi 1 déc 2014 à 14:08

    bravo pour ce mouvement , rejoignons ces patrons pour abolir la fiscalité confiscatoire mis en place par ce gouvernement , fiscalité qui sert juste à boucher des trous, payer des glandus, cmu, ame etc et enrichir cette caste politique de donneurs de leçons qui à toujours les mêmes privilèges;;;;

  • bsdm le lundi 1 déc 2014 à 13:40

    La pénibilité pour la retraite : fillon l'a inventé ,les socialos l'ont mis en paperasses et les entreprises trinquent !

  • gesus le lundi 1 déc 2014 à 12:30

    entrave à la circulation routière, prennent les travailleurs en ôtages.distribution d cacahuètes au bout de la rue