Des milliers de Français arnaqués sur des sites de trading

le
0

VIDÉO - L'Autorité des marchés financiers traque certains sites Internet qui proposent de gagner beaucoup d'argent en très peu de temps. Des escroqueries qui ont déjà coûté 175 millions d'euros à ceux qui s'y sont risqués.

«Comment devenir riche rapidement?» Sur un forum, une mère célibataire s'interroge. «Il suffit de devenir trader, tu peux même investir depuis chez toi, lui répond un autre internaute. J'ai gagné 2500 euros la semaine dernière!» C'est la première étape d'une arnaque bien rodée.

La technique est toujours la même: l'internaute, appâté par une promesse de gains conséquents sur une courte période, se rend sur un site Internet proposant différents investissements. Un numéro de téléphone français est indiqué afin «d'obtenir plus de renseignements». Quelqu'un qui se présente comme un «conseiller» et parle un français impeccable suggère à son interlocuteur une formation en ligne pour apprendre à maîtriser les cordons de la Bourse ou un investissement «sûr». Le piège est en place, l'escroc n'a plus qu'à attendre que sa victime mise tout ou partie de ses économies pour récupérer la mise. «La plupart des “trades” (échanges boursiers) se pratiquent par téléphone sur les indications du coach, lequel vous incite à de nouveaux versements pour vous «refaire» et compenser les pertes qui arrivent rapidement. Bonus, compte premium, privilèges: tous les moyens sont bons pour vous convaincre de persévérer», explique l'Autorité des marchés financiers sur son site. Quand le particulier s'aperçoit de l'arnaque, il est trop tard: le numéro qui lui avait été fourni ne répond plus et le site peut disparaître du jour au lendemain. Avant de renaître sous un nouveau nom et de séduire de nouvelles proies.

9 investisseurs sur 10 perdent de l'argent

D'abord marginales, ces escroqueries se sont multipliées ces dernières années. Entre 2009 et 2012, elles ont fait plus de 13.000 victimes en France, qui ont perdu 175 millions d'euros au total. Soit près de 11.000 euros chacune. C'est pourquoi l'Autorité des marchés financiers (AMF) s'est saisie du problème et lance ce lundi une grande campagne de prévention contre ces sites de trading - non autorisés - qui proposent des investissements prétendument très rentables mais surtout très risqués. «Le risque est au bout du clic», martèle l'AMF.

La prévention est encore le meilleur moyen de lutter contre ces fraudes, extrêmement compliquées à démanteler et punir. Malgré les apparences, les personnes opérant derrière les sites frauduleux sont installées à l'étranger, le plus souvent dans des pays qui ne coopèrent pas avec les autorités françaises. «Le meilleur conseil de prudence? Évitez le Forex», le marché des changes, prévient l'AMF sur son site. «Le trading sur le Forex est une activité très risquée: même sur les sites autorisés les plus sérieux, les particuliers subissent des pertes importantes», explique l'AMF. Neuf clients sur dix ont accusé des pertes en investissant sur ce marché... via des sites agréés. Ce qui ne laisse aucune chance à ceux qui ont recours aux «services» de plates-formes interdites.

Forex et trading binaire, comment ça marche?

Les marchés sur lesquels les escrocs opèrent - quand ils le font effectivement - s'avèrent particulièrement risqués pour les novices. En effet le Forex, ou marché des changes, est le marché sur lequel s'échangent les monnaies mondiales. Les devises sont flottantes, c'est-à-dire que leur cours fluctue chaque jour, sous l'effet des opérations financières qui ont lieu.

La plupart des sites frauduleux proposent du trading binaire sur ce marché: le particulier doit «parier» sur l'évolution d'une devise, à la hausse ou à la baisse. Pour des non-initiés, anticiper cette évolution est quasi impossible.

En outre, le Forex présente un effet de levier important, qui peut aller jusqu'à 1000. Cela signifie que l'apprenti trader mise en réalité une somme bien plus élevée que ce qu'il croit. Par exemple, avec un effet levier de 400, un particulier qui investit 100 euros met en réalité en jeu... 40.000 euros! Ce qui multiplie théoriquement d'autant les gains... mais aussi et surtout les pertes.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant