Des milliers d'enfants handicapés sans place en instituts à la rentrée

le
1
Des milliers d'enfants handicapés sans place en instituts à la rentrée
Des milliers d'enfants handicapés sans place en instituts à la rentrée

Des milliers d'enfants handicapés n'auront pas de place à la rentrée dans des établissements spécialisés, a alerté vendredi le Défenseur des droits, appelant les pouvoirs publics à l'action.

«Il y a un manque de places qui existe depuis quelques années, et qui ne permet pas que les enfants soient accueillis, alors qu'une décision a été prise par la Maison départementale des personnes handicapées, pour qu'ils puissent faire leur scolarité dans des conditions normales dans un institut médico-éducatif», a déclaré sur Europe 1 Marie Derain, adjointe du Défenseur des droits, chargée des enfants. Interrogé, l'entourage du Défenseur des droits Dominique Baudis a expliqué avoir été saisi de cas individuels de parents ayant reçu l'agrément pour placer leurs enfants dans des instituts médico-éducatifs, mais n'ayant pas trouvé de places. Les associations ont également fait remonter des informations sur ces situations.

Au moins 5 000 enfants n'auraient pas de places

En se basant sur les estimations de l'Unapei, fédération de familles et proches de personnes handicapées mentales, «au moins 5 000 enfants n'auraient pas de place à la rentrée», a-t-on in.

«La plupart du temps, ces enfants sont contraints de rester chez eux, avec les conséquences que ça peut avoir aussi pour l'organisation familiale», a souligné Mme Derain sur Europe 1. «Il faut absolument que les pouvoirs publics prennent la mesure des difficultés, et les solutions requises pour que ces enfants soient scolarisés à la rentrée».

Elle a évoqué la possibilité d'envisager dans certaines zones, «avec l'Agence régionale de santé, la création de nouvelles places». Mme Derain a également souhaité «un plan qui prenne la mesure des difficultés», afin «qu'à moyen terme les solutions soient plus systématiques et qu'on n'ait pas des situations où, alors que la décision est prise, des enfants attendent un an, deux ans, voire trois ans». ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le vendredi 12 juil 2013 à 15:40

    Une société qui ne peut plus se régénérer correctement, et qui ploient de plus en plus sous l’»handicape démago » … est vouée irrémédiablement à sa destruction et disparition !...