Des milliers d'Allemands manifestent contre TTIP et Ceta

le
0
    BERLIN, 17 septembre (Reuters) - Des dizaines de milliers de 
personnes ont défilé samedi en Allemagne pour dénoncer les 
accords de libre échange en cours de négociation entre l'Europe, 
les Etats-Unis et le Canada qui, disent-elles, abaisseront les 
normes en matière de sécurité alimentaire, d'environnement et de 
conditions de travail. 
    Selon les organisateurs, une alliance de groupes de défense 
de l'environnement, de syndicats et de partis d'opposition, 
320.000 personnes ont participé à des rassemblements dans sept 
villes allemandes dont Berlin, Hambourg, Munich et Francfort.  
    La police a dénombré environ 180.000 manifestants.  
    Des manifestations plus modestes ont également été 
programmées en Autriche, à Vienne et Salzbourg, ainsi qu'à 
Göteborg et Stockholm en Suède.  
    "Stop Ceta - Stop TTIP", pouvait-on lire sur les pancartes 
brandies par les manifestants berlinois, soit les acronymes du 
Comprehensive Economic Trade Agreement (ou Accord économique et 
commercial global) négocié entre l'Union européenne et le Canada 
et du Transatlantic Trade and Investment Partnership (ou 
Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement), 
qui concerne l'UE et les Etats-Unis.  
    L'opposition à ces deux pactes a grandi au cours de l'année 
écoulée: les adversaires de ces traités de libre échange jugent 
qu'ils accorderaient trop de droits aux entreprises 
multinationales aux dépens des consommateurs et des salariés.  
    Dans une interview au Bild, quotidien le plus lu 
d'Allemagne, la commissaire européenne au Commerce Cecilia 
Malmstrom a défendu ces pactes en accusant leurs opposants de 
noircir délibérément les enjeux.  
    "L'idée que le TTIP abaissera les normes environnementales 
est tout simplement fausse", a-t-elle dit. "Et également 
l'affirmation selon laquelle nous serons envahis par de la 
nourriture génétiquement modifiée". "Notre démocratie ne sera 
pas affaiblie comme certains semblent le croire", a-t-elle 
ajouté. 
    Le ministre allemand de l'Economie Sigmar Gabriel et patron 
du Parti social-démocrate (SPD) soutient ces traités, estimant 
qu'ils constituent pour l'Europe la meilleure chance d'adapter 
la mondialisation aux intérêts des populations et pas seulement 
à ceux des multinationales.  
    "Si le Ceta échoue, nous n'aurons pas l'occasion d'adapter 
la mondialisation de cette manière avant des décennies", a-t-il 
fait valoir au Bild am Sonntag. "L'Europe reste la plus grande 
région commerciale du monde. Nous devrions utiliser cette 
puissance." 
    Les sociaux-démocrates, partenaires minoritaires au sein de 
la grande coalition gouvernementale dirigée par la CDU-CSU 
d'Angela Merkel, doivent voter lundi pour ou contre la poursuite 
des négociations sur le Ceta.  
    Un échec de Sigmar Gabriel pourrait bien anéantir ses 
chances de se présenter comme candidat du SPD pour le poste de 
chancelier lors des législatives de l'an prochain.     
 
 (Michael Nienaber; Jean-Stéphane Brosse pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant