Des milliards d'économies possibles en doublant la part du renouvelable-étude

le
1
    LONDRES, 17 mars (Reuters) - Doubler la part des énergies 
renouvelables dans le bouquet énergétique mondial, pour la 
porter à 36% d'ici 2030, permettrait d'économiser jusqu'à 4.200 
milliards de dollars (3.742 milliards d'euros) par an, affirme 
l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena). 
    Les sources d'énergie renouvelable telles que l'éolien et le 
solaire représentaient environ 18% de l'énergie consommée dans 
le monde en 2014. Les politiques actuellement mises en place au 
niveau national devraient permettre d'atteindre 21% en 2030. 
    Doubler la part actuelle contribuerait à limiter la hausse 
de la température moyenne mondiale à moins de 2° Celsius par 
rapport aux niveaux pré-industriels, conformément à l'accord 
international conclu en décembre lors de la conférence de Paris 
sur le climat, la COP21.   
    D'après l'étude de l'Irena, organisation 
intergouvernementale, le coût du doublement de la part des 
énergies renouvelables d'ici 2030 serait de 290 milliards de 
dollars par an mais le montant des économies annuelles générées 
en réduisant l'impact de la pollution sur la santé humaine et 
sur l'agriculture s'élèverait entre 1.200 milliards et 4.200 
milliards de dollars par an. 
    "Parvenir à un doublement est non seulement faisable, c'est 
moins cher que de ne pas le faire", déclare le directeur général 
de l'Irena, Adnan Amin, dans un communiqué. 
    "Cela créerait plus d'emplois, épargnerait des millions de 
vies en réduisant la pollution de l'air et ouvrirait la voie à 
une limitation de la hausse de la température mondiale à 2 
degrés comme convenu à Paris", ajoute-t-il. 
 
 (Nina Chestney; Bertrand Boucey pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M488902 il y a 9 mois

    Quel mensonge éhonté que cela permettrait (employe au conditionnel futur) alors que ce changement de l'évolution des températures se fait très lentement même en cas de baisse subite de nos habitudes des aujourd'hui (principe d'inertie). Oui il faut le faire mais pas à n'importe quel coût économique !