Des militants japonais débarquent sur des îles disputées

le
0
L'ARCHIPEL DE LA DISCORDE ENTRE JAPON ET CHINE
L'ARCHIPEL DE LA DISCORDE ENTRE JAPON ET CHINE

par Chris Meyers

MER DE CHINE ORIENTALE (Reuters) - Plusieurs militants nationalistes japonais ont débarqué dimanche sur les îles rocheuses de Senkaku-Diaoyu, en mer de Chine orientale, au coeur d'une dispute territoriale entre la Chine et le Japon.

Des contentieux éclatent régulièrement entre les deux pays voisins au sujet de ce chapelet d'îles proche de Taïwan que les Chinois appellent Diaoyu et les Japonais Senkaku.

La tension est montée d'un cran cette semaine avec l'arrestation par les autorités japonaises de 14 militants chinois qui avaient débarqué sur les îles disputées.

Dimanche, deux jours après la reconduite en Chine des 14 activistes, ce sont cette fois-ci dix militants japonais, sur un groupe qui en comptait plus d'une centaine, qui sont arrivés dans la matinée à la nage sur l'archipel d'où ils ont agité des drapeaux japonais en signe de défi.

Trois navires de gardes-côtes japonais se tenaient à proximité, a constaté un journaliste de Reuters TV. Les neuf militants ont ensuite regagné les bateaux avant d'être interrogés par des responsables des douanes japonaises.

Le gouvernement japonais a démenti avoir permis au groupe d'accoster sur ces îles.

Parmi les militants se trouvaient plusieurs membres du Parlement japonais. "Nous espérons faire savoir à la fois à la Chine et au peuple japonais que les Senkaku font partie de notre territoire", a déclaré Toshio Tamogami, l'un des meneurs.

Dans un communiqué, le ministère chinois des Affaires étrangères a dénoncé une action portant atteinte à sa souveraineté nationale.

"Un responsable du ministère des Affaires étrangères a émis auprès de l'ambassadeur du Japon en Chine une protestation solennelle et a exhorté les Japonais à cesser les comportements portant atteinte à la souveraineté territoriale de la Chine."

Dimanche, plus de 100 manifestants se sont par ailleurs rassemblés près du consulat du Japon, à Guangzhou et ont agité des drapeaux chinois et des pancartes exhortant les Japonais à quitter l'archipel, selon l'agence de presse officielle Chine nouvelle. Des manifestations ont également eu lieu à Shenzhen, Qingdao et Harbin, selon l'agence de presse.

L'agence de presse nippone Kyodo a pour sa part fait état de milliers de manifestants chinois dans les villes de Shenzhen et Hangzhou et de voitures et restaurants endommagés.

Hélène Duvigneau et Marine Pennetier pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant