Des militants d'extrême-droite délogés du siège du PS

le
1
Des militants d'extrême-droite délogés du siège du PS
Des militants d'extrême-droite délogés du siège du PS

Une dizaine de personnes se revendiquant du mouvement Génération identitaire ont escaladé une terrasse du siège du Parti socialiste dimanche après-midi à Paris, alors que se déroulait une grande manifestation nationale contre le mariage gay à quelques pas de là. Ils ont déployé une banderole sur laquelle on pouvait lire «Hollande démission». Les forces de l'ordre les ont délogés. Harlem Désir, le premier secrétaire du Parti socialiste a condamné cet acte «extrémiste».

Sur le réseau social Twitter, Damieu Rieu, un porte-parole de Génération identitaire, a posté plusieurs photos montrant une dizaine de personnes sur la terrasse du siège du PS, situé rue de Solférino (VIIe arrondissement). Ainsi qu'une photo de la banderole déployée. Ils ont été délogés par les forces de l'ordre massivement déployées. Et à 16h30 la banderole avait été retirée.

#Directmanif #manifpourtous #solferino #Hollande twitter.com/DamienRieu/sta?? Damien Rieu (@DamienRieu) 26 mai 2013

Harlem Désir condamne cet acte

De son côté, le patron du PS Harlem Désir a «condamné fermement l'attaque du siège du Parti socialiste par un groupe d'extrême droite identitaire et leur tentative d'intrusion dans nos locaux». Dans un communiqué il a déclaré qu'«attaquer un parti politique, c'est s'attaquer à la démocratie. Et de souligner que le PS «donnera toutes les suites judiciaires pour faire condamner ces comportements insupportables».

Pour le Premier secrétaire du PS «les débordements d'extrémistes que l'on pouvait craindre à l'occasion de la manifestation de tous les dangers se sont malheureusement produits». Le PS «ne cèdera à aucune tentative d'intimidation des ennemis de la République», a-t-il encore estimé. «Attaquer le siège d'un parti politique, c'est attaquer la démocratie », assure Harlem Désir, le premier secrétaire du PS sur BFMTV.

Peu avant, son directeur de cabinet Mehdi...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5441845 le dimanche 26 mai 2013 à 19:59

    Quand on dit que l'état ne garanti plus la sécurité des biens et des personnes...