Des migrants esclaves sur des chalutiers irlandais

le , mis à jour le
2
Des migrants africains et asiatiques seraient surexploités sur des chalutiers irlandais. 
Des migrants africains et asiatiques seraient surexploités sur des chalutiers irlandais. 

L'histoire fait froid dans le dos. Alors que la crise migratoire préoccupe une bonne partie de l'Europe, The Guardian relate le quotidien de migrants africains et asiatiques surexploités sur des chalutiers irlandais. Au terme d'une enquête d'un an, les journalistes ont constaté que de nombreux Ghanéens, Égyptiens, Philippins et Indiens travaillaient dans des conditions inhumaines sur ces bateaux de pêche.

Privation de sommeil, interdiction de sortir du chalutier, journées sans repos, salaires très faibles... Les abus sont nombreux. Le quotidien britannique va jusqu'à parler d'esclavage moderne. Et pour cause, la plupart de ces clandestins touchent moins de la moitié du salaire minimum légal irlandais.

"Aucun jour de congé"

Dans les colonnes du journal, un Philipppin nommé Demie Omol se confie sur ses conditions de travail : alors qu'il était homme à tout faire sur un chalutier au sud de Cork, il était payé 1 000 dollars, soit 920 euros par mois pour un nombre d'heures indéfinies. Un salaire quatre fois moins élevé que celui de ses collègues irlandais ou européens. Et pourtant, Demie Omol "turbine" sans relâche : "C'était du travail en continu, nuit et jour. Je n'avais aucun jour de repos ou de congé. Je devais préparer le matériel, réparer des câbles, coudre les mailles de filet? C'était sans cesse, sans cesse."

Les mots de Demie Omol résonnent avec ceux d'Abraham Okoh. Ce Ghanéen raconte qu'il devait se...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bern1616 le mardi 10 nov 2015 à 08:20

    ils ont qu'a rester dans leur pays,c'est là qu'ils faut les aider:)ou attendre comme nous qu'ils sortent du moyen age par leut moyen dans 1000ans

  • frk987 le lundi 9 nov 2015 à 21:57

    The european dream....il faudrait beaucoup d'anecdotes de ce style pour les décourager de venir.