Des marchés trop pessimistes ?

le , mis à jour le
0
Pour Eric Bourguignon, les problèmes auxquels sont confrontés les marchés sont identifiés depuis longtemps et ils ne sont pas de nature à les précipiter dans le gouffre. (© Fotolia)
Pour Eric Bourguignon, les problèmes auxquels sont confrontés les marchés sont identifiés depuis longtemps et ils ne sont pas de nature à les précipiter dans le gouffre. (© Fotolia)

Les marchés ont connu un début d’année bien difficile. Ils se sont faits peur en rejouant le scénario de 2008 et ils ont tort. Certes les sujets de préoccupation ne manquent pas. Leur accumulation en ce début d’année est même, il est vrai, assez impressionnante ! Mais à nos yeux, aucun d’eux n’est en mesure de précipiter l’économie mondiale en récession et le système financier dans le chaos.

La Chine, au centre de toutes les inquiétudes, va mal. C’est incontestable. Elle souffre d’excès de capacités de production et de détérioration de sa compétitivité. Son modèle de croissance basé sur les exportations et l’investissement public a trouvé ses limites. L’endettement de son secteur privé atteint des niveaux excessifs.

Mais le pays a incontestablement les moyens de gérer la phase délicate de transition qu’il traverse. Il dispose encore de réserves de changes colossales qu’il pourra utiliser à bon escient. Son secteur manufacturier souffre, mais son secteur des services connaît un formidable essor.

Des problèmes structurels spécifiques

La plupart des autres pays émergents ne sont pas évidemment logés à la même enseigne. Qu’ils soient exportateurs de matières premières ou sous-traitant de la Chine, ils pâtissent du marasme que connaît leur principal client. A côté de ces problèmes conjoncturels, ils sont aussi confrontés à des problèmes structurels

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant