Des magistrats somment Hollande de retirer ses propos sur la justice

le
3
 (Actualisé avec magistrats de la cour de cassation) 
    PARIS, 12 octobre (Reuters) - Le premier président et le 
procureur général de la Cour de cassation se rendront mercredi 
soir à l'Elysée pour obtenir des explications de François 
Hollande à la suite des vives critiques qu'il aurait formulées 
envers les magistrats. 
    Bertrand Louvel et Jean-Claude Marin en ont fait l'annonce 
sur le compte Twitter de la cour de cassation. "Ils vont 
demander des explications au chef de l'Etat", a-t-on précisé 
dans leur entourage.   
    L'Union syndicale des magistrats (USM), majoritaire, s'était 
auparavant élevée contre les propos attribués à François 
Hollande dans le livre "Un président ne devrait pas dire ça" 
stigmatisant la lâcheté de l'institution judiciaire. 
    Le syndicat appelle dans un communiqué le chef de l'Etat à 
"infirmer" ou à "retirer" ses propos. 
    Lors du congrès annuel de l'USM, le 7 octobre dernier, 
François Hollande avait déclaré : "ce sont d'abord les 
magistrats qui font la grandeur de la justice" et insisté sur 
son soutien à l'institution judiciaire, rappelle l'USM. 
    Mais selon le contenu du livre, François Hollande n'apprécie 
pas les juges. 
    "Cette institution, qui est une institution de lâcheté (...) 
parce que c'est quand même ça, tous ces procureurs, tous ces 
hauts magistrats, on se planque, on joue les vertueux... On 
n'aime pas le politique. La justice n'aime pas le politique", 
aurait-il dit. 
    "Ce n'est pas une engeance facile, la magistrature, il ne 
faut vraiment pas commettre de fautes, on peut être lynché 
(...)", aurait ajouté le président.  
    Des propos auxquels l'USM a vivement répliqué.  
    "L'USM ne peut donc qu'être atterrée de lire aujourd'hui des 
propos stigmatisant la lâcheté de l'institution judiciaire en 
son ensemble", écrit le syndicat. 
    "Elle est consternée par ce double discours du garant 
constitutionnel de l'indépendance de l'autorité judiciaire", 
ajoute le syndicat. 
    Il souligne qu'il est "indifférent que les magistrats aiment 
ou non le politique, leur mission étant de dire le droit, en 
toute indépendance et sans préjugés". 
 
 (Gérard Bon et Elizabeth Pineau, édité par) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 il y a un mois

    Le mur des c.ns est une chose,l'indépendance de la justice en est une autre.

  • M3435004 il y a un mois

    Propos insultants prononcés par un Président en exercice et publiés, constitutifs d'une haute trahison et d'une atteinte à la Constitution.

  • M7163258 il y a un mois

    "Sans préjugés" mais bien sûr! Leur confrères du syndicat de la magistrature affichent sur un mur spécialement dédiés aux personnalités qu'ils jugent "cons" mais sans aucuns préjugés évidemment!!!