Des logements spécialement conçus pour les gens du voyage

le
3

EN IMAGES - Malgré les clichés et les peurs liés aux gens du voyage, un village de Seine-et-Marne a décidé de les intégrer. Et de construire 20 logements sociaux, des maisons individuelles avec un emplacement de caravane.

Un village pas comme les autres. À Saint-Thibault-des-Vignes, un bourg de Seine-et-Marne, qui compte 6.346 habitants, on s’occupe de donner un toit à tous, y compris aux gens du voyage. Le directeur général de Trois Moulins Habitat Gilles Sambussy, filiale du bailleur social Polylogis, a le sentiment du devoir accompli. Vingt familles ont pu emménager dans vingt maisons individuelles PLAI, le logement social le moins cher. C’est leur premier toit après une vie en caravane. «Jamais on ne m’avait autant remercié lors d’une inauguration et d’une remise de logements», se souvient Gilles Sambussy. Et comme les listes d’attente sont longues, 4 maisons supplémentaires devraient bientôt être construites, la municipalité ayant obtenu des terrains supplémentaires.

Un changement de vie qui n’allait pourtant pas de soi. Par le passé, le bailleur social Polylogis a déjà tenté d’autres expériences de sédentarisation et adapte peu à peu ses projets sur la base de ces enseignements. Ce programme a mis 8 ans à voir le jour. Il a notamment fallu remembrer des parcelles de terrain qui appartenaient pour la plupart aux gens du voyage vivant déjà sur place. Ensuite, pour la conception des logements, le principe de la maison individuelle a été très rapidement retenu pour coller au mode de vie indépendant des occupants. De 3 à 5 pièces, ces maisons sont également modulables et peuvent au besoin accueillir une chambre supplémentaire, sous forme d’un module qui peut s’installer sur le toit terrasse.

Et surtout, un espace a été prévu dans chaque logement pour accueillir une caravane à l’arrière de la maison, dans un jardin de près de 300 m². Car pour ces familles, abandonner la caravane, symbole de liberté, du jour au lendemain, n’était pas imaginable. «Certaines familles peuvent choisir de vivre de manière mixte entre maison et caravane, voire d’en faire une pièce à part entière ou tout simplement être rassurées par la présence de cette caravane, symbole de liberté», explique Gilles Sambussy. «Mon fils dans la caravane, il n’avait pas autant d’espace, souligne l’une des habitantes. Maintenant, il a sa chambre, son espace à lui, il peut jouer. Au bout de huit ans, on n’y croyait plus.»

Un coût de 200.000 euros par maison

Au total, ce programme de 20 logements a coûté 4 millions d’euros, soit 200.000 euros par maison. Un budget bouclé grâce à des financements du département, de la région, de l’État et même de l’Union européenne (Feder) qui soutient ce genre de programme spécifique. Côté loyer, la base est de 463 euros mensuels pour un 3 pièces, 537 euros pour un 4 pièces et 582 euros pour un 5 pièces.

La constructioncoûte-t-elle plus cher qu’un programme «classique»? «Globalement, un logement collectif nous revient autour de 165.000 euros et une maison individuelle entre 175.000 et 185.000 euros», admet Gilles Sambussy. Il y a donc bien ici un surcoût de l’ordre de 10% qui tient notamment au rachat du terrain et aux frais supplémentaires pour aménager un espace destiné aux caravanes.

Même si la première attribution de chaque logement devait obligatoirement concerner les gens du voyage, ils pourront par la suite revenir à d’autres habitants. Il s’agit notamment d’éviter de faire des lieux un ghetto et d’intégrer ce programme aux projets globaux de logements de la commune. Pour Sinclair Vouriot, maire de Saint-Thibault, les choses sont simples: «Il y avait un besoin de la population, une communauté du voyage présente depuis longtemps, propriétaire de terrains. On a trouvé le moyen de les intégrer.»

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dlabore le mercredi 7 oct 2015 à 16:57

    J'ai fini de voyer je peux avoir une maison a 200000€ ou faut il s'adresser SVP

  • nanard83 le mardi 6 oct 2015 à 17:02

    Vous pendez bien que l'UE va soutenir cette idée en France Tous ceux qui viennent s'installer ne vont pas dans d'autres pays Vous allez voir l'intégration !!

  • lsleleu le mardi 6 oct 2015 à 15:29

    Il suffit de mettre "les gens du voyage " dans un logement pour qu'ils ne soient plus "des gens du voyage" CQFD