Des Libyens épaulent les insurgés syriens

le
0
Notre envoyée spéciale s'est infiltrée en Syrie avec trois émissaires de Tripoli.

Les trois hommes sont discrets. Leurs grands sacs à dos, apparemment, ne transportent que des appareils photos et des vêtements. «Nous sommes obligés de dire que nous sommes Tunisiens, que nous travaillons pour une association humanitaire. Si jamais on se faisait arrêter, ce serait une victoire pour les autorités syriennes, mais ce serait l'horreur pour nous, Libyens.»

Adem Kikli est un proche d'Abdelhakim Belhaj, l'ancien djihadiste devenu gouverneur militaire de Tripoli. Il sort une paire de jumelles de son étui et scrute au loin les chars de l'armée du régime. Petit, brun, le regard déterminé, Adem parle un anglais parfait, mâtiné d'accent du nord de l'Angleterre.

«J'ai fui la Libye dans les années 1990, pour échapper à la folie de Kadhafi et à ses violences, raconte-t-il. Je me suis réfugié en Angleterre, à Manchester, j'y ai fondé une famille. Mais quand la guerre a démarré en Libye, je suis rentré. Il fallait que je sois aux côtés des miens. Comme il fa

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant