« Dès l'âge de 4 mois, on peut aller à la piscine ! »

le
0
« Dès l'âge de 4 mois, on peut aller à la piscine ! »
« Dès l'âge de 4 mois, on peut aller à la piscine ! »

Pédiatre et médecin du sport à l'Insep (Institut national du sport, de l'expertise et de la performance), Stéphanie Nguyen a accompagné les athlètes français aux JO à Rio, et conseille les équipes de France de gymnastique.

 

A quel âge peut-on commencer le sport ?

STÉPHANIE NGUYEN. Dès l'âge de 4 mois, après les premiers vaccins, on peut aller à la piscine avec les bébés nageurs ! La baby gym peut commencer dès qu'on sait marcher, le tennis à 3 ans, le judo à 4 ans. Il s'agit, au début, davantage d'un développement psychomoteur que de véritables entraînements.

 

Comment choisir le sport le plus adapté à son enfant ?

Le principal critère doit être l'envie. Il faut qu'il y prenne du plaisir. Si on n'a pas vraiment d'idée, on ne fera pas d'erreur en l'inscrivant à la gym : elle développe l'équilibre, la motricité, une bonne coordination et des repères dans l'espace. C'est une bonne base sportive.

 

Y a-t-il des disciplines à proscrire à un jeune âge, les sports de combat par exemple ?

Non. En boxe, il n'y a pas de coups portés avant 12 ans, au minimum. Au judo, on n'apprend la clé de bras qu'au stade de cadet.

 

Chaque fédération sportive possède sa propre réglementation sur l'âge des apprentissages, prise par une commission médicale.

 

Le sport intensif peut-il nuire à la santé ?

On considère que la pratique d'un sport est intensive au-delà de 6 heures par semaine pour un enfant de 6 ans, 10 heures à 10 ans. Même sans faire du sport à haut niveau, on voit souvent, chez les 7-14 ans très actifs, des douleurs des talons et des genoux provoquées par des mouvements de flexions-extensions répétées alors que les zones osseuses sont en croissance. Ce n'est pas forcément grave, mais il est préférable d'aller consulter un médecin du sport, pour adapter sa pratique.

 

Et si l'enfant n'aime pas bouger ?

Il est inutile de le forcer. En revanche, on ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant