Des Kurdes syriens fuyant l'EI massés à la frontière turque

le
0

DIKMETAS, Turquie, 19 septembre (Reuters) - Près d'un millier de Kurdes syriens étaient massés vendredi matin à la frontière turque pour échapper aux combattants djihadistes de l'Etat islamique qui se sont emparés d'une vingtaine de villages dans le nord-est de la Syrie, a constaté un journaliste de Reuters. Les réfugiés, principalement des femmes et des enfants, attendaient de pouvoir passer en Turquie, dont ils étaient séparés par une clôture de fils barbelés, à une vingtaine de kilomètres de la ville frontalière d'Aïn al Arab. La ville, appelée Kobani en turc, a été encerclée par les djihadistes, a annoncé jeudi la milice kurde qui la défend, en appelant les autres mouvements kurdes de la région à lui venir en aide. ID:nL6N0RJ2SH Selon des témoins, près de 3.000 personnes étaient massées jeudi soir à la frontière, en face du village turc de Dikmetas, mais certaines sont allées chercher un abri pendant la nuit en raison du froid. "Il a fait froid cette nuit donc la plupart des gens sont retournés dans leurs villages. Mais ils commencent à revenir à la frontière", a raconté Halil, qui vit du côté turc de la frontière. Les forces de sécurité turques n'autorisent pas les réfugiés à entrer en Turquie mais laissent les habitants de Dikmetas leur faire passer de l'eau et du pain. "Les gens continuent d'arriver, à pied et en voiture. Nous nous attendons qu'ils soient bientôt entre 3.000 et 4.000", a dit Huseyin Gundoglu, un responsable du village. Des responsables de l'armée et d'organisations humanitaires ont demandé aux réfugiés kurdes de se rapprocher de Kobani en leur assurant que de l'aide leur serait livrée en territoire syrien, a-t-il ajouté. (Seyhmus Cakan; Tangi Salaün pour le service français) )

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant