Des juives ultra-orthodoxes se convertissent à la high-tech

le
1
Des juives ultra-orthodoxes se convertissent à la high-tech
Des juives ultra-orthodoxes se convertissent à la high-tech

Ouvert et lumineux, l'espace de travail de Comax est à première vue semblable à celui d'autres entreprises israéliennes high-tech, sauf que son design et une partie de son fonctionnement ont été adaptés aux exigences des ultra-orthodoxes.Une vingtaine de femmes ultra-orthodoxes sont employées dans cette entreprise spécialisée dans la fourniture de programmes informatiques aux grandes surfaces, à Holon près de Tel-Aviv.Elles représentent près d'un tiers de la main-d'oeuvre de Comax et 90% de ses programmateurs informatiques.Diplômées d'écoles de programmation de Bnei Brak, la banlieue en grande majorité peuplée d'ultra-orthodoxes près de Holon, ces employées conçoivent la presque totalité des programmes proposés par l'entreprise.Représentant 11% de la population israélienne, la population ultra-orthodoxe ou haredit ("craignant Dieu") souffre d'une pauvreté endémique. Par tradition, les hommes se consacrent à l'étude des textes sacrés. La plupart du temps, les femmes travaillent pour subvenir aux besoins de la famille, généralement nombreuse, lorsque celle-ci ne se contente pas des subsides de l'Etat.Ces 15 dernières années, les femmes ultra-orthodoxes ont fait une entrée en force dans le monde du travail. En 2015, selon le bureau central des statistiques, environ 75% travaillaient, un pourcentage comparable à celui de l'ensemble de la population féminine d'Israël.Depuis 2000, leur participation à la population active a progressé de 30%.- 'Division anormale' -Meirav, une mère de deux enfants de 4 ans et 9 mois, est responsable du service clients de Comax.Souriante et maquillée sous sa perruque, que portent traditionnellement les ultra-orthodoxes, elle explique avec volubilité comment elle a gravi les échelons de l'entreprise où elle a débuté il y a six ans comme comptable."Mon mari m'aide beaucoup, il s'occupe des enfants, il fait la cuisine. Il emmène les enfants à la crèche et à l'école ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo il y a 7 mois

    Encore des sornettes pour nous faire croire que l'intégrisme religieux c'est super, moyennant quelques concessions bien sûr. L'AFP nous prends vraiment pour des idiots.