Des journalistes surveillés par la police de Montréal

le
0
 (actualisé avec réaction de la police québécoise, précisions) 
    MONTREAL, 3 novembre (Reuters) - Les téléphones mobiles de 
six journalistes québécois ont été surveillés en 2013, a 
rapporté mercredi Radio-Canada, deux jours après que le journal 
La Presse a révélé que l'un de ses chroniqueurs vedettes avait 
été espionné par la police de Montréal.  
    Selon la radio, la Sûreté du Québec (SQ), la police 
provinciale, a obtenu des mandats lui permettant d'obtenir le 
registre des appels entrants et sortants des six journalistes 
mais n'a pas enregistré leurs conversations.  
    Guy Lapointe, porte-parole de la SQ, a expliqué mercredi 
soir à la radio 98,5 Montréal que la police avait cherché à 
déterminer l'origine de fuites ayant permis la divulgation dans 
la presse du contenu d'écoutes téléphoniques. 
    Selon la presse canadienne ces fuites concernaient une 
affaire de fabrication de preuves par des policiers. 
    C'est dans le cadre de cette même enquête qu'un chroniqueur 
du journal La Presse, Patrick Lagacé, a été surveillé par la 
police de Montréal.  
    Le Premier ministre québécois Philippe Couillard a promis 
mardi de réformer la législation afin de mieux protéger la 
liberté de la presse au Québec après ces révélations. 
 
 (Allison Lampert; Jean-Stéphane Brosse pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant