Des jeunes en rupture scolaire sauvés par le théâtre

le , mis à jour à 10:09
0
Des jeunes en rupture scolaire sauvés par le théâtre
Des jeunes en rupture scolaire sauvés par le théâtre

Les autres sont attablés devant une platée de spaghettis, dans le théâtre encore vide. Pas Assia, elle n'aime pas les pâtes et a envoyé un camarade, à travers le bois de Vincennes (Paris XII e), lui trouver un kebab avant le filage. Elle éclate de rire, tête en arrière : « Oui, je sais... Je fais un peu ma star. »

 

Elle est comme ça, Assia : pas du genre à s'excuser d'exister. La jeune fille, qui triture les bouclettes impeccables de son chignon de scène, s'est fabriqué un regard mutin et un demi-sourire spécial, pour quand elle sera « célèbre » et comédienne. Une vocation récente : Assia a beau jouer l'amoureuse de Vérone dans la pièce « Roméo M Juliette » donnée ce soir et demain à la Cartoucherie de Vincennes et mise en scène par Serge Sandor, elle est débutante sur les planches. Comme toute la troupe qui se produit avec elle.

 

Pendant un an, une trentaine de jeunes de Nevers (Nièvre) et d'Auxerre (Yonne), aux parcours variés mais souvent cabossés, ont travaillé avec une équipe professionnelle pour monter leur version du chef-d'œuvre de Shakespeare. Certains sont en décrochage scolaire, d'autres en rupture familiale, ou simplement en quête de neuf dans un quotidien un peu monotone.

 

Assia a traversé son lot de coups durs, avec d'un déménagement forcé de Paris vers Nevers, il y a quelques années. « Avec ma mère, c'était la guerre, vraiment. Je parlais mal à tout le monde, je ne faisais que des bêtises », explique-t-elle.

 

Elle a été placée dans une classe-relais, un dispositif dédié « aux élèves de collège entrés dans un processus de rejet de l'institution scolaire », selon la définition de l'Education nationale. Arrivée dans le groupe de théâtre sous l'impulsion des animateurs de son quartier, elle semble avoir mûri d'un coup. « Elle a énormément gagné en confiance, en estime de soi », constatent ceux qui l'encadrent sur les planches. Les répétitions ont ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant