Des Iraniennes ôtent le voile dans une campagne sur Facebook

le
0
Des Iraniennes ôtent le voile dans une campagne sur Facebook
Des Iraniennes ôtent le voile dans une campagne sur Facebook

Une centaine d'Iraniennes ont posté des photos d'elles sans le voile obligatoire, dans une campagne sur Facebook pour plus de libertés sociales, s'attirant le soutien de dizaines de milliers de personnes.Cette initiative sur la page "Libertés furtives des femmes en Iran", a été créée il y a dix jours avec l'espoir d'initier un débat sur la possibilité pour les Iraniennes de choisir de porter ou non un foulard pour se couvrir les cheveux.Cela n'a pas pour encore provoqué des réactions du régime islamique iranien qui dit craindre que les citoyens ne délaissent les valeurs islamiques pour se tourner vers un mode de vie plus occidental.La loi islamique, en vigueur en Iran depuis la révolution de 1979, oblige les femmes à porter des vêtements amples ainsi qu'un hijab, un voile couvrant les cheveux.Plus de 100 photos de femmes posant sans voile à la campagne, à la mer, et même dans la ville ont déjà été postées sur la page Facebook qui a reçu 150.000 "j'aime". "Moi en train de commettre un crime", a écrit une jeune femme, foulard posé sur ses épaules, qui a posté une image d'elle assise sur une route dans une forêt du nord de l'Iran. "Dans le secret mais en paix absolue", indique-t-elle en légende.Une autre photo montre une grand-mère, une mère et sa fille, toutes trois portant des lunettes de soleil, sur un trottoir. "Trois générations obtiennent la liberté au coin d'une rue", est-il écrit sous la photo. "En espérant qu'un jour viendra où la prochaine génération pourra exercer ce droit le plus basique, avant que ses cheveux ne deviennent gris".Pendant plus de dix ans, le sujet du voile a été l'objet de vifs débats au sein du pouvoir, et les femmes tentent régulièrement de repousser les limites de l'interdit.Une unité de la police est chargée de vérifier dans la rue que les femmes respectent le code vestimentaire, n'hésitant pas à infliger des amendes ou même à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant