Des industriels dans la course aux barrages

le
0
Le producteur d'électricité suédois Vattenfall s'allie à la SNCF, ArcelorMittal et Rhodia. Ils visent plus d'un tiers des capacités de production hydraulique bientôt mises en concurrence en France.

Le dossier a beau traîner en longueur -il a été lancé en avril 2010 par Jean-Louis Borloo, alors ministre de l'Écologie-, l'appel d'offres pour le renouvellement des concessions hydrauliques donne déjà lieu à de grandes man½uvres. Dernière démonstration officialisée mercredi: Force Hydro. C'est le nom du consortium qui réunit le producteur d'électricité suédois Vattenfall -qui exploite 400 barrages en Europe- et trois industriels de poids -ArcelorMittal, la SNCF et Rhodia.

4% de la consommation française

Les quatre associés sont ambitieux. Le consortium vise 2000 mégawatts (MW) sur les 5300 mis en concurrence au cours des prochaines années. Concrètement, ils comptent obtenir la gestion d'un barrage de grande capacité -ou de deux- sur les dix qui vont être mis en concurrence dans les années à venir. «À travers ce partenariat ambitieux, nous souhaitons devenir la troisième force hydroélectrique du territoire (derrière EDF et GDF Suez)», commente Frédér

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant