Des images attestent la destruction d'un temple à Palmyre-ONU

le
0

BEYROUTH, 29 août (Reuters) - Des images transmises par satellites confirment la destruction d'un temple remontant à l'époque romaine sur le site archéologique de Palmyre, annonce une agence onusienne quelques jours après que l'Etat islamique (EI) eut annoncé l'avoir démoli. L'organisation islamiste a détruit dimanche dernier le temple érigé en l'honneur du dieu solaire Baal Shamin, un acte qualifié de crime de guerre par l'Unesco. La comparaison d'images prise en juin et d'autres prises il y a quelques jours témoignent de la destruction du bâtiment, dit dans un communiqué l'Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (UNITAR). "Nous confirmons la destruction du bâtiment principal, les colonnes qui l'entourent semblent, elles, moins affectées", dit l'UNITAR. L'EI contrôle très étroitement la ville de Palmyre, compliquant la vérification indépendante des informations qu'il diffuse. Les djihadistes ont détruit plusieurs vestiges antiques dans les territoires sous son contrôle, principalement dans le nord de l'Irak et dans le nord-est de la Syrie. Ils se sont ainsi attaqués aux ruines des cités antiques de Hatra et Nimrud et saccagé le musée archéologique de Mossoul. Mais à Palmyre, ils n'avaient jusqu'à présent détruit que quelques monuments affirmant que les visiteurs pouvaient s'y adonner au paganisme, une pratique qu'ils considèrent comme sacrilège. Il y a près de deux semaines, les djihadistes ont décapité l'ancien directeur du site archéologique et accroché son corps à une colonne antique d'une des places de la ville. Khaled Assaad, qui avait dirigé pendant cinquante ans le site des ruines romaines de Palmyre, était âgé de 82 ans. (Sylvia Westall,; Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant