Des hackers turcs derrière les attaques d'hôpitaux américains ?

le
0
Écran d'ordinateur dans une école spécialisée en cybersécurité (image d'illustration). 
Écran d'ordinateur dans une école spécialisée en cybersécurité (image d'illustration). 

Un hôpital californien victime d'une cyberattaque... l'affaire avait fait grand bruit en février 2016. Pris en otage pendant plusieurs jours par des hackers, le serveur central du Presbyterian medical center de Hollywood avait finalement été libéré après que la direction de l'établissement de santé eut payé une rançon aux pirates informatiques. L'opération ne serait pas un cas isolé. Le même logiciel rançonneur (Locky) a, de fait, paralysé plusieurs institutions médicales outre-Atlantique, ces derniers mois. Dans les jours qui ont suivi le raid contre la clinique de Los Angeles, au moins trois autres hôpitaux ont été attaqués en Californie et dans le Kentucky. En mars, la clinique MedStar Health de Washington a elle aussi essuyé une attaque par ransomware (logiciel malveillant). Le 23 mai 2016, c'est un petit établissement de santé du Kansas, spécialisé en cardiologie, qui a été ciblé.

Greg Duick, président du Kansas Heart hospital, situé dans la ville de Wichita, au Kansas, a reconnu que sa clinique avait été attaquée par des pirates informatiques. Ceux-ci ont pris en otages les données de plusieurs de ses ordinateurs. « L'incident s'est produit (...) dans la soirée », a-t-il confié à la chaîne de télévision locale KWCH. Vers 21 heures (heure locale), un salarié de l'établissement a perdu le contrôle de son poste de travail et s'est vu signifier par un message d'erreur que son disque dur avait été...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant