Des hackers se réclamant de l'EI attaquent Newsweek et menacent Michelle Obama

le
0
Des hackers se réclamant de l'EI attaquent Newsweek et menacent Michelle Obama
Des hackers se réclamant de l'EI attaquent Newsweek et menacent Michelle Obama

La police fédérale américaine a lancé une enquête sur le piratage informatique mardi du compte Twitter du magazine Newsweek, sur lequel les hackers, qui se sont réclamés du groupe Etat islamique (EI), ont menacé la femme et les filles du président Barack Obama."Le FBI enquête" sur cette intrusion, a déclaré mardi le porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest, lors de son point de presse quotidien, précisant n'avoir "aucun élément de réponse sur les revendications des pirates".Les pirates qui revendiquent un "Cybercalifat" et qui ont posté le message "Je suIS IS", l'acronyme anglais de l'EI, en référence au slogan "Je suis Charlie" né après l'attentat à Paris contre l'hebdomadaire satirique français, début janvier.Dans un autre message, les pirates écrivent: "Sanglante St-Valentin #Michelle Obama! Nous vous surveillons, vos filles et votre mari!".Les pirates ont aussi diffusé des images, selon eux confidentielles, qui proviendraient de la Defense Cyber Investigations Training Academy et du Pentagone.L'intrusion a été brève car quelques minutes plus tard Newsweek a repris le contrôle de son compte et confirmé le piratage.Il s'agirait du même groupe de pirates qui a récemment attaqué le compte Twitter du commandement de l'armée américaine chargé du Moyen-Orient (Centcom), ainsi que celui de la chanteuse américaine Taylor Swift, selon Newsweek."Ces derniers mois, plusieurs médias et d'importantes institutions ont été compromis, ou du moins leurs systèmes informatiques", a rappelé M. Earnest. Des partisans du président syrien Bachar al-Assad ont piraté en janvier, au nom de l'Armée électronique syrienne, le site du quotidien français Le Monde, après avoir fait de même en 2013 contre le site du quotidien américain New York Times et le compte Twitter de l'Agence France-Presse. "Cela nous rappelle combien c'est important que le Congrès ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant