Des hackers disent avoir piraté le système biométrique du nouvel iPhone

le
0
Des hackers disent avoir piraté le système biométrique du nouvel iPhone
Des hackers disent avoir piraté le système biométrique du nouvel iPhone

Un club de hackers allemand a affirmé avoir réussi à pirater le nouveau système de reconnaissance biométrique qui équipe la dernière génération de téléphones iPhone, a-t-on appris lundi auprès du Chaos Computer Club (CCC).Sur son site internet, ce groupe, fondé en 1981 et qui se présente comme la plus association de hackers en Europe, explique avoir hacké "par des moyens simples de tous les jours" le lecteur d'empreintes digitales qu'Apple a mis sur ces nouveaux téléphones haut-de-gamme lancés la semaine dernière."L'empreinte de l'utilisateur du téléphone, photographiée sur une surface en verre, a été suffisante pour créer une fausse empreinte digitale permettant de débloquer l'iPhone 5S", détaille le Chaos Computer Club, vidéo à l'appui.Un porte-parole de l'association a expliqué à l'AFP qu'il était "plutôt facile" de le faire, même pour un amateur, en relevant l'empreinte de quelqu'un sur un verre ou une bouteille."La partie la plus compliquée a été d'avoir un iPhone 5S", a-t-il plaisanté."Cela prouve de nouveau que la reconnaissance biométrique par empreinte digitale n'était pas appropriée pour contrôler l'accès à un appareil et devrait être évitée", affirme le groupe de hackers.En présentant mi-septembre en Californie le petit dernier de sa gamme de célèbres téléphones, Apple était fier d'inaugurer ce capteur placé au niveau du bouton d'accueil et permettant de scanner et enregistrer jusqu'à cinq empreintes digitales. "Nous avons tellement d'informations personnelles sur ces appareils qui nous suivent partout où nous allons, qu'il faut les protéger", avait fait valoir le vice-président d'Apple Phil Schiller.Un hacker, répondant au surnom de Starbug, explique sur le site du Chaos Computer Club (CCC), que le système d'Apple a seulement une résolution plus grande que les lecteurs biométriques existant jusqu'ici. "Donc nous avons seulement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant