Des "gülenistes" aux Pays-Bas se disent victimes d'attaques

le
0
    LA HAGUE, 29 juillet (Reuters) - Aux Pays-Bas, des soutiens 
du prédicateur Fethullah Gülen, que la Turquie tient pour 
responsable du putsch manqué du 15 juillet, disent vivre dans la 
peur après avoir été la cible d'une série d'attaques. 
    Saniye Calkin, directrice de la branche néerlandaise du 
mouvement Hizmet, fondé par Fethullah Gülen, a affirmé vendredi 
que des membres de son organisation se sont mis à l'abri après 
que des actes de vandalisme, des attaques personnelles, des 
menaces de mort et des incendies volontaires ont été rapportés 
dans plusieurs villes des Pays-Bas. 
    Selon elle, des incidents similaires ont été dénoncés en 
Allemagne, où se trouve la plus grande communauté turque 
d'Europe. La police néerlandaise n'a pas tenu à réagir. 
    "Ils ont lancé une chasse aux sorcières qui provoque 
beaucoup de tensions entre les Turs néerlandais", a déclaré 
Saniye Calkin à des journalistes. "Ce sont des preuves de 
l'intervention d'Erdogan aux Pays-Bas et cela menace ma liberté 
et ma sécurité", a-t-elle ajouté. 
    Des milliers de "gülenistes", qui gèrent des écoles, des 
organisations culturelles et des associations, font partie des 
500.000 Turcs vivant aux Pays-Bas. 
    Plus tôt dans l'année, des tensions sont déjà apparues au 
sein de la communauté lorsque l'ambassade de Turquie a ouvert 
une ligne directe pour dénoncer toute personne qui insulterait 
le président Erdogan. 
    Depuis la tentative de putsch, Ankara mène de vastes purges 
au sein des institutions du pays contre les partisans de 
Fethullah Gülen. Les autorités ont arrêté ou suspendu plus de 
60.000 soldats, policiers, juges, fonctionnaires et enseignants. 
    Fethullah Gülen nie toute implication et a déclaré vendredi 
que le président Erdogan était "empoisonné" par le pouvoir. 
 
 (Anthony Deutsch, Laura Martin pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant