Des groupes étrangers contraints à quitter la Chine

le
0
Plusieurs enseignes dont Mattel n'ont pas su séduire les consommateurs chinois, et ont décidé de fermer boutique. Sa poupée Barbie se voit par ailleurs interdite de séjour en Argentine pour des questions réglementaires.

Pour certains groupes, l'aventure chinoise peut virer au cauchemar. Mattel, le géant américain du jouet, vient d'en faire la douloureuse expérience avec son Barbie Store de Shanghai, construit en 2009 pour 30 millions de dollars. Le plus grand magasin Barbie au monde, regroupant sur 3300 m² la plus important collection de ces poupées et des produits dérivés, ferme ses portes.

Unique au monde, avec ses néons roses, son restaurant et son bar, ce concept devait permettre à Mattel de pénétrer de force le très vigoureux marché chinois. Lors de l'ouverture de ce magasin, la Chine ne représentait que 2,5% des ventes de poupées Barbie dans le monde. Mattel qui s'était fixé comme but d'en faire son premier marché dès 2014, n'a pu que constater une stagnation des ventes. Les objectifs ont été réduits de 30% au cours des huit premiers mois suivant l'ouverture de la boutique.

Linda Du, porte-parole de Mattel, préfère parler d'un changement stratégique. Mais ces propos n'

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant