Des grands Blacks contre de petits enfants

le , mis à jour à 23:50
0
Des grands Blacks contre de petits enfants
Des grands Blacks contre de petits enfants

On a eu tort d'y croire. De rêver. Les All Blacks ne jouent pas dans la même cour que l'équipe de France. La Nouvelle-Zélande possède une équipe géniale largement favorite à sa propre succession. Les Bleus ne pouvaient simplement pas rivaliser.

Et dire qu’on a osé y croire. Ah qu’on est naïfs quand même… 1999, 2007, tous les huit ans on vous dit ! Ça nous servira de leçon. Sérieusement, il y a plusieurs classes d’écart entre les Bleus et les Blacks. Neuf essais à un. Vous en voulez encore ? Les Blacks ont parcouru 746 mètres ballon en main, dont 142 pour le seul Julian Savea (auteur d’un triplé), contre 388 pour les coéquipiers de Pascal Papé… Le deuxième essai de Savea, justement, peu de temps avant la pause, symbolise le gouffre qui sépare actuellement les deux nations. A lui seul, l’ailier des Blacks a mis à terre trois Français (Nakaitaci, Spedding et Slimani) avant d’aplatir. Dans le jeu au pied, Dan Carter est d’une facilité déconcertante. Un raté, et encore, à un moment où la concentration et l’application n’étaient forcément plus les mêmes. Alors qu’en face, Morgan Parra a manqué son premier coup de pied, pourtant à peine excentré.

Où est la star en France ?

Car c’est là tout le problème de cette équipe de France. Comme dans tous les sports, une équipe a besoin d’un patron, d’une star, pour aller au bout. Où est cette star en France ? Le foot avait Zidane, le basket a Parker, le hand a Karabatic, le volley a Ngapeth. Qui ont les Bleus ? Personne. Alors qu’en face, les Néo-Zélandais possèdent plusieurs joueurs de classe mondiale. Même les joueurs moins connus au coup d’envoi de ce Mondial, comme Nehe Milner-Skudder, font des miracles. Le jeune ailier continue de faire oublier Israel Dagg et les autres, restés à la maison. Saint-André est sans doute responsable de beaucoup de choses, mais cette équipe de France manque simplement de talent(s). En 2007, un certain Thierry Dusautoir s’était révélé à Cardiff, bien entouré par un Frédéric Michalak au sommet et un Yannick Jauzion très performant. Cette année, il n’y avait rien de tout ça… Et demain ?

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant