Des gérants de sicav attentifs au réchauffement climatique

le
0
Les effets du changement climatique en Mongolie. (© Asian Development Bank)
Les effets du changement climatique en Mongolie. (© Asian Development Bank)

Les marchés financiers vont-ils finir par sanctionner les entreprises les plus polluantes, comme certaines entreprises textiles ont pu l’être après le drame du Rana Plaza, ou Volkswagen pour ses mensonges sur les émissions ? Tel est le postulat de l’Etablissement de la retraite additionnelle de la fonction publique, l’ERAFP, l’organisme de retraite des trois fonctions publiques, Etat, collectivités locales et hôpitaux. Il a structuré une politique d’investissement responsable autour de trois valeurs : l’environnement, le social et la gouvernance, les fameux critères dits ESG pour ses 25 milliards d’euros sous gestion (en croissance de 2 milliards d’euros par an) qu’il veut exemplaire.

Une politique anti-carbone réaliste

Depuis deux ans, l’ERAFP évalue donc l’intensité carbone de son portefeuille actions, très en avance sur la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte du 17 août 2015, dont l'article 173 oblige les investisseurs institutionnels comme les banques ou les assureurs à préciser s’ils utilisent des critères ESG dans leur politique d’investissement et ce qu’ils font en matière de lutte contre le réchauffement climatique.

«Nous tenons compte des émissions de gaz à effet de serre et de la contribution au réchauffement climatique des sociétés dans lesquelles nous

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant