Des gens du voyage rassemblés en mafias

le
1
Selon une note de la PJ, des membres de cette communauté se sont constitués en véritables groupes criminels.

«Certaines familles issues de la communauté française des gens du voyage se sont constituées en véritables groupes criminels». Elles «se sont hissées jusqu'aux plus hautes sphères du grand banditisme». Ce constat inquiétant est dressé par la Direction centrale de police judiciaire (DCPJ), dans une note toute fraîche, du 22 juin, que Le Figaro a pu consulter. Ce document émane du Service d'information, de renseignement et d'analyse stratégique sur la criminalité organisée (Sirasco), dirigé par le commissaire Dimitri Zoulas. Un organisme qui avait déjà produit un rapport choc sur les mafias en France, il y a cinq mois à peine.

Cette fois le focus porte sur les membres d'une communauté «disposant de la nationalité française et ayant eu une tradition de nomadisme bien que dorénavant largement sédentarisée (Roms, Tsiganes, Sintés, Manouches, Gitans, Bohémiens...). Leur nombre est estimé entre 400 000 et 500 000», précisent les analystes policiers qui

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5062559 le samedi 30 juin 2012 à 10:10

    Pour ceux qui ont un peu approchés ces communautés, il est évident qu'ils ne peuvent que vivre du banditisme. Ils refusent la scolarisation, le travail pour les entreprises françaises, .. de quoi peuvent-ils vivre? sinon du RSA et du banditisme. Ils peuvent faire quelques menus travaux mais c'est au noir!