Des frappes punitives souvent peu efficaces

le
0
Les options militaires contre la Syrie semblent toutes mauvaises. Les frappres punitives ont les faveurs des responsables politiques.

À en croire les spécialistes qui se sont penchés sur le dossier syrien, toutes les options militaires sont également mauvaises. Armer les rebelles signifie courir le risque de renforcer les islamistes radicaux, qui gagnent chaque jour en influence et dont une partie se revendique d'al-Qaida. Dangereuse à terme pour l'Occident, cette solution pourrait aussi nourrir le chaos sur le terrain et entretenir pour longtemps la guerre civile. Provoquer la chute de Bachar al-Assad par une campagne aérienne soutenue - l'exemple libyen - ne protégerait pas forcément la Syrie des mêmes effets. La politique du «changement de régime» n'a guère porté ses fruits en Irak, en Afghanistan et en Libye. Quant à la possibilité d'envahir la Syrie, elle est jugée si dangereuse en conséquence qu'elle a été exclue des différents scénarios, à Washington co...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant