Des "forces spéciales" talibanes opèrent dans le Helmand-sources

le
0
    par Hamid Shalizi 
    CHAN-E-ANJIR, Afghanistan, 14 août (Reuters) - Les forces de 
sécurité afghanes qui ont repoussé la dernière attaque des 
taliban sur le village de Chah-e-Anjir, à dix kilomètres de la 
capitale de la province du Helmand, décrivent des combattants 
islamistes mieux armés et plus disciplinés. 
    Les autorités afghanes accusent des éléments venus du 
Pakistan voisin d'attiser le conflit en fournissant aux taliban 
des armes de meilleure qualité. 
    "Il ne s'agit pas des taliban de base avec une paire de 
sandales et un AK-47", dit un responsable du gouvernement à 
Lashkar Gah, la capitale du Helmand. "Ils sont mieux entraînés 
et équipés." 
    Le Helmand, fief des taliban et coeur du lucratif trafic de 
drogue, est considéré comme un objectif stratégique pour les 
islamistes qui remporteraient une victoire psychologique majeure 
en prenant la capitale provinciale. 
    Déjà aux commandes ou sur le champ de bataille de la plus 
grande partie des districts du Helmand, les taliban continuent à 
attaquer tout autour de Lashkar Gah. La débandade des défenseurs 
de la ville a pu pour le moment être évitée grâce aux renforts 
afghans et aux frappes aériennes américaines, indiquent les 
observateurs. 
    Plusieurs centaines de conseillers militaires internationaux 
sont stationnés dans des bases du Helmand. Les avions de guerre 
américains ont mené une vingtaine de frappes lors des combats 
les plus récents ces deux dernières semaines  
    Les taliban ont déployé une "unité rouge" spécialisée dont 
on dit qu'elle est équipée d'un armement de pointe, avec vision 
de nuit, roquettes de 82 mm, mitrailleuses lourdes et fusils 
d'assaut américains, raconte Sayed Murad, un commandant des 
forces spéciales afghanes.  
    "Les taliban sont lourdement armés, des unités en uniforme 
qui sont équipées de matériel de vision de nuit et d'armes 
modernes", souligne le commandant Murad.  
     
    BOUCLIERS HUMAINS 
    Si les taliban prennent Lashkar Gah, ce sera la deuxième 
capitale provinciale dont ils s'emparent depuis le renversement 
de leur régime dans les combats de l'après-11 Septembre 2001. En 
octobre dernier, les insurgés ont brièvement pris le contrôle de 
Kunduz, dans le nord de l'Afghanistan, avant d'en être chassés 
par les groupes gouvernementales soutenues par les Etats-Unis. 
    "Le Helmand est une province stratégique pour les taliban; 
c'est pourquoi ils sont déterminés à avancer", commente le 
vice-ministre de l'Intérieur, le général Abdul Rahman Rahman. 
    Le porte-parole de l'armée américaine, le brigadier Charles 
Cleveland, estime qu'il est possible que les soldats afghans sur 
la ligne de front aient vu des taliban utiliser une technologie 
de vision de nuit, mais, ajoute-t-il, la coalition dirigée par 
l'Otan "n'a pas vu de preuve" de cette capacité. 
    "Les taliban diffusent en permanence de fausses informations 
et gonflent leurs propres capacités dans le but d'intimider les 
Afghans", commente le brigadier Charles Cleveland. 
    Dans le centre de Lashkar Gah, la plupart des entreprises 
étaient ouvertes comme à l'accoutumée vendredi, mais les 
habitants et les milliers de réfugiés déplacés par les combats 
disent continuer à avoir peur parce que les forces talibanes ne 
sont pas loin de la ville. 
    Le gouverneur de la province, Hayatullah Hayat, accuse les 
islamistes d'enfouir des mines et de se servir des habitants 
comme des boucliers humains. 
    "Que les gens du Helmand en soient assurés, dit-il, les 
taliban ne pourront pas envahir nos districts et encore moins 
s'emparer de Lashkar Gah." 
    Même si l'accalmie dans les combats autour de la capitale 
provinciale devait durer, les civils doutent que le gouvernement 
soit à même de ramener une paix durable dans un proche avenir. 
    "Ou le gouvernement se débarrasse des taliban ou alors, 
qu'ils viennent et qu'ils gouvernent", dit un commerçant. "Nous 
sommes dans ce brasier depuis trop d'années et nous ne savons 
pas ce qui pourrait être pire que cela."    
 
 (Danielle Rouquié pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant