Des fonds arabes pourraient prendre 15% du projet anglais d'EDF

le
0

PARIS (Reuters) - Les pays du Golfe pourraient prendre 15% dans le projet de 16 milliards de livres sterling (18,9 milliards d'euros) d'EDF portant sur la construction d'une centrale nucléaire à Hinkley Point C, dans le Somerset en Grande-Bretagne, rapporte mercredi le journal Les Echos sans citer ses sources.

Selon le schéma annoncé lundi, EDF prévoit de détenir 45% à 50% de Hinkley Point C, 30% à 40% revenant aux chinois China General Nuclear Corp et China National Nuclear Corp , et 10% au français Areva, fabricant du réacteur EPR dont deux exemplaires sont retenus pour le projet.

Mais des discussions ont également lieu avec "une sélection d'investisseurs" intéressés par le projet, dont la participation pourrait aller jusqu'à 15%.

"Selon nos informations, ce sont des fonds arabes qui pourraient compléter le tour de table", écrit le quotidien.

Tandis qu'EDF et Areva cherchent à vendre des EPR en Arabie saoudite, le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, avait évoqué au début de l'année le projet de mise en place d'un "fonds binational franco-saoudien pour encourager les Investissements et protéger les intérêts économiques des deux pays", rappelle le journal.

"Autre piste possible: le fonds souverain du Koweït, qui avait participé à l'augmentation de capital d'Areva en 2010, ou celui du Qatar", ajoute-t-il.

Personne n'était joignable dans l'immédiat pour un commentaire chez EDF.

Alexandre Boksenbaum-Granier, avec Geert De Clercq, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant