Des fonctionnaires plus ouverts à la réforme des retraites

le
0

Selon le baromètre réalisé par le cabinet de conseil Ellipsa pour la Préfon (Caisse nationale de prévoyance de la fonction publique) que Le Figaro dévoile en avant-première, 34 % des agents de la fonction publique seraient favorables à se voir appliquer les règles du privé en matière de retraite.

Et si les fonctionnaires étaient davantage enclins à bouger que ce qui est admis? Selon le baromètre réalisé par le cabinet de conseil Ellipsa pour la Préfon (Caisse nationale de prévoyance de la fonction publique) que Le Figaro dévoile en avant-première, 34 % des agents de la fonction publique seraient favorables à se voir appliquer les règles du privé en matière de retraite. Seuls 24 % y seraient opposés. Concrètement, un tel alignement signifierait que leur pension serait calculée, comme pour les salariés, à partir des vingt-cinq dernières années de carrière, et non des six derniers mois. En échange, les primes seraient intégrées dans le calcul des pensions. À noter que 42 % des fonctionnaires disent ne pas savoir se prononcer sur la question.

Il est vrai que le sujet est très complexe et que les fonctionnaires se sentent un peu perdus. Selon le baromètre, 58 % d'entre eux s'estiment insuffisamment informés sur leur retraite, ce taux grimpant à 72 % pour les moins de 35 ans. Près de six agents sur dix ne savent pas le montant qu'ils percevront à leur retraite. «Les nombreuses réformes des retraites finissent par créer un sentiment d'incertitude, incertitude qui alimente la crainte», souligne Christian Carrega, directeur général de Préfon. Ainsi, 60 % des fonctionnaires sont inquiets lorsqu'ils pensent à leur retraite, un résultat en hausse de cinq points sur un an.

«Les fonctionnaires sont attachés au service public mais ne sont pas hostiles à toute évolution», renchérit Christian Carrega. De fait, si 63 % d'entre eux désapprouvent les propos d'Emmanuel Macron jugeant que le statut des fonctionnaires n'est plus «adapté» pour certaines missions, ils sont tout de même 23 % à le soutenir.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant