Des ex-rebelles bloquent un accès à Bouaké en Côte d'Ivoire

le
0
 (Ajoute commentaires et précisions) 
    ABIDJAN, 8 mai (Reuters) - D'anciens rebelles ivoiriens 
démobilisés ont bloqué lundi une voie d'accès à la deuxième 
ville de Côte d'Ivoire, Bouaké, en érigeant des barricades et en 
bloquant la circulation, ont rapporté des témoins. 
    Selon un militaire, les ex-combattants qui bloquent une 
entrée de la ville réclament des versements de l'Etat ainsi que 
leur intégration au sein de l'armée nationale. 
    Bouaké a été au coeur d'une vague de mutineries au sein de 
l'armée qui ont secoué le pays en début d'année.  
    Le militaire, qui ne participe pas au mouvement, et un autre 
témoin ont dit avoir vu plusieurs centaines d'ex-rebelles 
protester. Certains étaient armés selon eux.   
    Amadou Ouattara, qui s'est présenté comme le porte-parole du 
groupe, a exhorté le président Alassane Ouattara à avoir "une 
pensée pour ses fils qui ont souffert pendant quinze ans".  
    La Côte d'Ivoire a été divisée de 2002 et 2011 entre un Nord 
contrôlé par les rebelles et un Sud tenu par les forces 
gouvernementales. 
    Depuis la fin de la guerre civile et de la partition, le 
pays a renoué avec une forte croissance mais les troubles du 
début d'année ont mis en relief des tensions au sein de l'armée. 
    Le ministre de la Défense, Alain-Richard Donwahi, a déclaré 
que les protestataires n'étaient qu'une cinquantaine, qu'ils 
avaient entamé des discussions avec les autorités et que les 
barrages routiers avaient été levés. La situation est calme, 
l'ordre a été rétabli, a-t-il assuré.  
    Amadou Ouattara a confirmé que des négociations avaient été 
acceptées par les anciens rebelles mais démenti que les barrages 
aient été levés.  
    Selon lui, les manifestants de Bouaké représentent quelque 
6.800 anciens combattants à travers le pays qui ont été 
démobilisés à la fin de la guerre en 2011. Ils réclament 12 
millions de francs CFA chacun (environ 18.300 euros) ainsi que 
leur réintégration dans l'armée et les services publics.  
    Le gouvernement a accepté cette année de verser ce montant à 
quelque 8.400 soldats d'active dans le cadre d'un accord pour 
mettre fin aux mutineries qui ont commencé à Bouaké en janvier 
avant de s'étendre à d'autres villes du pays. 
 
 (Ange Aboa; Eric Faye et Jean-Stéphane Brosse pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant