Des essais revus et corrigés

le
0
Des essais revus et corrigés
Des essais revus et corrigés

A la demande des écuries, et de Pirelli, manufacturier pneumatique unique de la F1, la FIA est revenue sur son interdiction totale des essais privés en cours de saison. En effet, à quatre reprises durant la saison 2014 dans la semaine suivant un Grand Prix et sur le même circuit, les écuries pourront rouler durant deux jours dans le but de poursuivre le développement de leurs voitures. Ces essais auront lieu sur le circuit de Sakhir (Bahreïn) les 8 et 9 avril, de Barcelone (Espagne) les 13 et 14 mai, de Silverstone (Grande-Bretagne) les 8 et 9 juillet et de Yas Marina (Abu Dhabi) les 25 et 26 novembre. De plus, chaque écurie devra dédier un jour d'essais à Pirelli pour avancer le développement des pneus 2015. Ce calendrier a déjà été décidé par Pirelli :Essais de Bahreïn (8-9 avril)Jour 1 : CaterhamJour 2 : Mercedes et WilliamsEssais de Barcelone (13-14 mai)Jour 1 : Sauber et Toro RossoJour 2 : McLaren et Force IndiaEssais de Silverstone (8-9 juillet)Jour 1 : Ferrari et LotusJour 2 : Red Bull et MarussiaEssais d'Abou Dhabi (25-26 novembre)Jour 1 : Toutes les équipesJour 2 : Toutes les équipes

Les essais libres revus pour maximiser le temps en piste

En ce qui concerne les essais libres lors des week-ends de Grand Prix, ils ont été quelques peu retouchés. Si le nombre de séances et leur durée n'ont pas variés, deux séances d'1h30' le vendredi et une séance d'une heure le samedi matin avant la qualification, certains changements ont été effectués pour faciliter la vie des écuries. Le premier changement d'importance est la possibilité pour les pilotes d'utiliser pendant les trente premières minutes de la première séance d'essais libres un train de pneus durs supplémentaires qui sera rendu à Pirelli au terme de cette demi-heure. Enfin, les écuries pourront utiliser jusqu'à quatre pilotes le vendredi, pour permettre aux pilotes d'essais de rouler plus souvent.

Une qualification new-look

Mais, presque au dernier moment, les écuries ont également décidé de retoucher assez profondément le déroulement de la séance de qualifications. Si le principe d'une séance coupée en trois parties distinctes avec élimination des six plus lents au terme de chaque partie est conservé, des ajustements ont été faits pour optimiser le spectacle en piste. Le premier ajustement tient à la durée des parties, on passe de 20 minutes pour la Q1 à 18 minutes, la Q2 reste inchangée à 15 minutes et la Q3 récupère les deux minutes retirées à la Q1 pour passer de 10 à 12 minutes. Ce changement a été décidé pour permettre aux pilotes de faire deux tentatives chronométrées lorsque la pole position sera en jeu. De plus, les dix pilotes qualifiés pour la Q3 recevront un train de pneus tendres supplémentaires à utiliser exclusivement lors de cette Q3, cela pour éviter que certains pilotes choisissent de rester au stand durant la Q3 pour sauver un train de pneus et pouvoir choisir leurs gommes pour le départ. En ce qui concerne le départ, le Top 10 ne sera plus contraint de partir avec le train de pneus ayant servi à faire le meilleur temps en Q3, mais en Q2 pour permettre aux pilotes de tout donner en quête de la pole position. On rappellera qu'en qualification, aucune restriction liée au carburant, autre que le débit maximal de 100kg par heure, ne sera en place, les pilotes tireront le potentiel maximum de leur voiture et de leurs pneumatiques.>>> Première partie : Une motorisation innovante... mais très complexe>>> Deuxième partie : Un moteur complexe qui implique de lourdes contraintes>>> Troisième partie : Une aérodynamique revue en profondeur>>> Quatrième partie : Des aménagements du règlement qui font grincer des dents

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant