Des éponges et une seringue pour révolutionner les secours au combat

le
0
Des éponges et une seringue pour révolutionner les secours au combat
Des éponges et une seringue pour révolutionner les secours au combat

L'outil est simple mais susceptible de révolutionner la médecine de guerre: une seringue remplie d'éponges injectables directement dans la blessure pour stopper une hémorragie massive, une des principales causes de décès au combat.Le taux de survie pour les soldats touchés au combat en Irak et en Afghanistan a atteint un niveau record de près de 90% avec 6.800 morts pour 51.900 blessés. Cette survie est en grande partie due à l'amélioration des secours portés sur le terrain pendant cette "heure d'or" où le blessé doit être évacué par hélicoptère vers un hôpital.Pourtant près d'un quart des décès au combat sont encore considérés comme "potentiellement évitables", selon une étude de l'US Army menée sur 4.596 morts au combat entre 2001 et 2011. Dans neuf cas sur dix, ces décès "évitables" sont dus à une perte sanguine massive."L'hémorragie est la principale cause de mort sur le champ de bataille et l'une des formes les plus difficiles à endiguer (...) est celle qui provient de blessures profondes sur lesquelles il est impossible d'appliquer un garrot ou de faire pression manuellement", explique le Dr Anthony Pusateri, responsable du programme de recherche sur les hémorragies au Pentagone.Le garrot, dont chaque soldat est équipé depuis 2005, a permis de réduire de 85% la mortalité des militaires touchés aux bras ou aux jambes. Mais quand une artère est sectionnée au niveau de l'aine, de l'aisselle ou dans l'abdomen, le "medic" est bien souvent démuni.Cela devrait prochainement changer: l'agence américaine du médicament (Food and Drug Administration, FDA) a donné son aval la semaine passée à la commercialisation du XStat, une grosse seringue de trois centimètres de diamètre remplie de 92 petites éponges expansibles ressemblant à des comprimés."Le XStat est un outil nouveau qui peut être rapidement déployé, permettant un contrôle rapide de l'hémorragie pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant