Des enfants souvent imprudents sur Internet, jusqu'à l'isolement

le
0
Des enfants souvent imprudents sur Internet, jusqu'à l'isolement
Des enfants souvent imprudents sur Internet, jusqu'à l'isolement

A l'occasion de la journée contre le harcèlement à l'école, ce jeudi 3 novembre 2016, Kaspersky publie une étude montrant que de nombreux enfants et adolescents ont un comportement à risque, sans que leurs parents ne le sache forcément.Cette étude montre que les enfants sont devenus accros à leurs smartphone, que 4 sur 10 ne le quittent jamais, même lors des repas en famille. Pire encore, les parents admettent laisser leurs enfants utiliser les utiliser au lit avant de se coucher (23% chez les 8/10 ans, 41% chez les 11/13 ans et 64% chez les 14/16 ans). Tout ce temps passé en ligne peut du coup parfois conduire à des tensions familiales, pour 21% des parents et 22% des enfants interrogés. Les parents sont même 31% à considérer qu'Internet les isole de leurs enfants.

Bien que 52% des parents pensent que leurs enfants peuvent être directement menacés sur Internet (cyberharcèlement, contenus inappropriés, etc.), ils ne sont que 39% à les mettre réellement en garde face à ces dangers. Seuls 24% ont déjà installé et configuré un logiciel de contrôle parental sur des appareils utilisés par leurs enfants. Or malheureusement les enfants ont souvent tendance à laisser en ligne des informations personnelles telles que leur école (66%), la nature du travail de leurs parents (33%), le salaire qu'ils gagnent (23%) et leur adresse (22%). Comme si cela ne suffisait pas, 31% des enfants sondés sont également prêts à mentir sur leur âge selon les sites qu'ils consultent.

A noter que près de la moitié des parents (43%) ne sont pas "ami" avec leurs enfants sur les réseaux sociaux et ne contrôlent donc pas forcément ce qu'ils y font. Ils sont d'ailleurs 31% à estimer ne pas maitriser ce que leurs enfants font exactement une fois connectés. De toute façon, les enfants et adolescents sont 44% à systématiquement cacher à leurs parents leurs activités en ligne lorsqu'elles sont potentiellement dangereuses ou illégales. Au final, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant