Des élus écossais pour une reconnaissance internationale de la Catalogne

le
2
    EDIMBOURG, 2 novembre (Reuters) - Un groupe d'élus au 
Parlement écossais a déposé une motion appelant à une 
reconnaissance internationale du vote de la déclaration 
unilatérale d'indépendance de la Catalogne. 
    La motion, présentée sur le site du parlement d'Edimbourg, a 
été signée par 21 des 63 élus du Parti national écossais (SNP), 
la formation de Nicola Sturgeon, Première ministre du 
gouvernement écossais de "dévolution". 
    Le texte, également signé par un élu du Parti écologiste, 
demande à la communauté internationale de "reconnaître le vote 
du Parlement catalan pour une république indépendante de 
Catalogne". Il interpelle aussi les institutions européennes. 
    Le gouvernement autonome d'Ecosse n'a pas reconnu la 
déclaration d'indépendance, votée vendredi par le Parlement de 
Catalogne et qui a provoqué quelques heures plus tard la mise 
sous tutelle de la région, avec destitution de l'exécutif 
catalan, dissolution de l'assemblée et convocation d'élections 
anticipées le 21 décembre. 
    L'exécutif autonome d'Edimbourg a toutefois annoncé qu'il 
respectait la position de l'exécutif régional de Catalogne et a 
souligné que le peuple catalan devait avoir le droit de 
déterminer son propre avenir. 
    "Si l'Espagne a le droit de s'opposer à l'indépendance, le 
peuple de Catalogne doit avoir le pouvoir de déterminer son 
propre avenir", a réagi vendredi dernier la ministre écossaise 
chargée des Affaires extérieures, Fiona Hyslop, dans un 
communiqué. "La déclaration d'indépendance n'est arrivée 
qu'après le rejet d'appels répétés à un dialogue (avec Madrid)", 
a-t-elle ajouté. 
    En septembre 2014, un référendum organisé en Ecosse avec 
l'accord de Londres a abouti au rejet de l'indépendance et le 
SNP avait jugé alors qu'il n'y aurait pas de nouveau référendum 
à moins d'une évolution majeure.  
    La perspective du Brexit a changé la donne. Approuvée par 
une majorité de Britanniques au niveau national, la sortie de 
l'Union européenne a en effet été rejetée par 62% des électeurs 
écossais lors du référendum du 23 juin 2016. En outre, le camp 
du Brexit a été minoritaire dans chacune des circonscriptions 
écossaises. 
    Nicola Sturgeon a estimé le mois dernier que l'Ecosse 
devrait pouvoir choisir son propre avenir une fois que les 
modalités de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne 
seront claires. 
 
 (Elisabeth O'Leary; Henri-Pierre André pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • paumont1 il y a un mois

    vive le Québec libre, ça vous rappelle quelque chose? et quand on sait qu'en Europe les petits pays s'en sortent mieux que les gros,ça pose question...

  • nono67 il y a un mois

    l'ile de france réclame son indépendance aussi !!!