Des élus allemands prônent le retrait des soldats d'Incirlik

le
0
    BERLIN, 10 juillet (Reuters) - Plusieurs députés allemands 
estiment que les 250 soldats déployés sur la base aérienne 
turque d'Incirlik doivent être rappelés en Allemagne si les 
autorités d'Ankara continuent de refuser l'idée d'une visite de 
parlementaires sur le site. 
    Quelque 250 militaires allemands sont présents à Incirlik et 
participent aux opérations de l'Otan contre les combattants du 
groupe Etat islamique (EI) en Irak. 
    Des députés allemands avaient demandé la possibilité de se 
rendre sur la base mais les autorités turques refusent, 
furieuses de l'adoption par le Bundestag le mois dernier d'une 
résolution qualifiant de génocide les massacres d'Arméniens pour 
les forces ottomanes en 1915. 
    Les relations entre l'Allemagne et la Turquie se sont 
tendues depuis l'adoption de ce texte et Ankara a rappelé son 
ambassadeur à Berlin. 
    Pour le député écologiste Cem Ozdemir, d'origine turque, le 
refus de la Turquie à la venue des parlementaires est 
inacceptable. 
    "En tant que députés, nous dépêchons des soldats dans 
certains endroits, nous devons savoir où ils se trouvent, 
comment ils sont et pouvoir leur parler. Si cela n'est pas 
possible en Turquie, alors les soldats doivent revenir en 
Allemagne", a-t-il dit sur la chaîne publique ARD. 
    Les élus de plusieurs autres partis, dont les 
sociaux-démocrates de SPD, ont joint leurs voix à la demande de 
la chancelière Angela Merkel pour que puisse s'effectuer cette 
visite de parlementaires à Incirlik. 
    Merkel a rencontré le président turc Recep Tayyip Erdogan en 
marge du sommet de l'Otan à Varsovie samedi et a décrit la 
rencontre comme constructive bien que demeurent les divergences 
existantes. 
    "L'attitude du président turc Erdogan risque d'aboutir au 
retrait de l'armée allemande", a déclaré Andreas Scheuer, 
secrétaire général l'Union chrétienne-sociale (CSU), composante 
bavaroise de la CDU, au quotidien Tagesspiegel à paraître lundi. 
     
 
 (Madeline Chambers; Pierre Sérisier pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant