Des élections anticipées dans les trois mois au Luxembourg

le
0
JEAN-CLAUDE JUNCKER VA PROPOSER DES ÉLECTIONS ANTICIPÉES AU LUXEMBOURG
JEAN-CLAUDE JUNCKER VA PROPOSER DES ÉLECTIONS ANTICIPÉES AU LUXEMBOURG

par Michele Sinner

BRUXELLES (Reuters) - Le Luxembourg va tenir dans les trois mois des élections législatives anticipées après l'éclatement mercredi de la coalition gouvernementale dirigée par le Premier ministre Jean-Claude Juncker, sur fond de scandale impliquant les services de renseignements.

Alex Bodry, président du Parti socialiste associé au gouvernement au Parti populaire chrétien social (CVS) de Jean-Claude Juncker, a estimé que le Premier ministre devait assumer la responsabilité politique de son échec en matière de contrôle des services de renseignement du pays, soupçonnés d'abus de pouvoir.

Premier ministre depuis 1995, ce qui en fait le plus ancien chef du gouvernement en exercice dans l'Union européenne, Jean-Claude Juncker a annoncé devant le parlement qu'il allait demander la tenue d'élections anticipées.

"Je prends note qu'une grande majorité des membres de cette chambre ont laissé transparaître à travers leurs intervenants qu'ils pensent qu'il doit y avoir des élections anticipées", a-t-il dit.

"Je réunirai le gouvernement demain (jeudi) à dix heures et irai au palais pour suggérer au Grand Duc un scrutin anticipé", a-t-il ajouté.

"Nous demandons au gouvernement d'intervenir et au chef de l'Etat d'ouvrir la voie à de nouvelles élections", avait auparavant déclaré Alex Bodry devant le Parlement.

CORRUPTION

Le Parlement luxembourgeois a débattu mercredi d'un rapport commandé par ses soins sur des accusations de mise sur écoutes de responsables politiques, de corruption et de détournement de fonds publics, notamment pour l'achat de voitures à usage personnel, de la part de membres des services secrets.

Ce rapport conclut que Jean-Claude Juncker n'exerçait de fait qu'un contrôle limité sur ces services et qu'il n'a pas informé correctement le Parlement ni les autorités judiciaires.

A l'exception des élus du Parti populaire chrétien social (CVS) de Jean-Claude Juncker, tous les membres de la commission d'enquête ont approuvé ce rapport lors d'un vote vendredi, y compris les socialistes.

On ignore encore si Jean-Claude Juncker participera aux nouvelles élections, qui doivent obligatoirement avoir lieu d'ici trois mois.

Les prochaines élections législatives au Luxembourg étaient prévues en mai 2014.

Le Luxembourg, qui a bâti sa prospérité sur son secteur financier, se distingue par sa stabilité politique. A l'exception d'un seul, le CSV a dirigé tous les gouvernements depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le CSV et les socialistes contrôlent 39 des 60 sièges du Parlement.

Bertrand Boucey et Hélène Duvigneau pour le service français, édité par Pascal Liétout

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant