Des drones solaires dans la stratosphère

le
0
Des drones solaires dans la stratosphère
Des drones solaires dans la stratosphère

Les problèmes gastriques du pilote l'ont obligé à reporter de quelques jours l'ultime étape de son tour du monde. Mais cela ne change rien à l'exploit. Bertrand Piccard et André Borschberg sont sur le point de réussir ce que personne n'avait osé imaginer avant eux : faire un tour complet du globe à bord d'un avion électrique alimenté uniquement par les rayons du soleil. Avec Solar Impulse, les deux Suisses ont fait la démonstration que les technologies propres sont opérationnelles et qu'il n'y a plus qu'à leur tendre les bras pour nous assurer un futur sans kérosène.

Les deux hommes réfléchissent déjà à la seconde phase de leur projet. Bertrand Piccard, le psychologue, va porter haut et fort le message écologique symbolisé par son avion. Il pourra s'appuyer sur le comité international des technologies qu'il a créé à bord de Solar Impulse, lors de sa traversée de l'Atlantique. De son côté, André Borschberg va accompagner la mutation technologique du prototype.

Relais de communication

« Solar Impulse ne s'arrête pas avec ce tour du monde, il va continuer de manière encore plus forte », affirme le pilote, qui est aussi l'ingénieur en chef du projet. « Avec mes équipes, nous sommes en train de développer un avion sans pilote qui soit capable de voler dans la stratosphère pendant une longue période. Ce drone solaire pourra se positionner n'importe où dans le monde afin de faire de l'observation, prendre des mesures ou servir de relais de communication », explique-t-il, plein d'enthousiasme. « Nous avons réalisé une étude de faisabilité, confirme Bertrand Piccard. L'étape suivante sera de collaborer avec une institution qui aura envie de réaliser son industrialisation. Nous allons bientôt devoir faire notre choix parmi toutes les entreprises importantes qui nous courtisent. » L'enjeu est de taille, car c'est une véritable course mondiale que se livrent actuellement les grandes firmes comme Facebook ou ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant